DIVERTISSEMENT

«Eye on Juliet»: Kim Nguyen parle d'amour et de machines (ENTREVUE)

15/07/2016 10:19 EDT | Actualisé 15/07/2016 10:19 EDT
Courtoisie

Tout juste de retour du Festival de Cannes où son dernier film Two Lovers and a Bear a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs, voilà Kim Nguyen (Rebelle) déjà en plein tournage de son prochain long métrage anglophone Eye on Juliet. Le Huffington Post Québec est allé à la rencontre de cette production qui mêle nouvelles technologies et relations humaines sous fond de tensions géopolitiques.

Direction Laval, au cœur d’un ancien laboratoire réaffecté pour les besoins du film en salle de surveillance high-tech. C’est là que les acteurs se sont préparés mercredi à jouer une des scènes les plus importantes du film, nous dit-on. L’occasion de découvrir la concentration très particulière (et assez musclée) dont a besoin le Britannique Joe Cole pour incarner son personnage. À coups de poing sur un casier, l’acteur s’est visiblement mis dans une situation de pression intense.

«Je ne me mets pas dans ces états pour toutes les scènes, a rassuré Joe Cole en entrevue. Mais là, il se produit un climax qui va changer le cours des événements. C’est un moment de vie ou de mort, alors je dois me préparer émotionnellement pour être à la hauteur et ainsi trouver l’énergie nécessaire. Vous savez, c’est très facile de perdre ses repères d’acteurs lorsque vous êtes enfermé dans un bureau pendants des heures.»

Tournage du film «Eye on Juliet» de Kim Nguyen


En effet, Joe Cole incarne l'Américain Gordon, un opérateur de robot hexapode engagé par une compagnie de surveillance basée aux États-Unis. De Détroit, il pilote à longueur de journée ces sortes d’araignées automatisées pour surveiller des pipelines situés au Moyen-Orient.

«Pendant mes surveillances au cœur de cette région, je découvre par hasard un couple d’amoureux qui se voit en secret dans le désert, a raconté Joe Cole. Mon personnage vient de vivre une douloureuse séparation, alors il va tout de suite vouloir aider la jeune femme Ayusha (interprétée par l’actrice française Lina El Arabi) quand il apprend qu’elle doit être mariée à un autre homme beaucoup plus âgé qu’elle.»

Le comédien de 27 ans, vedette montante du cinéma anglais, est ravi de participer à un film aussi original qu’il dépeint pareil à un conte moderne. «L’histoire de Kim [Nguyen] est tellement énigmatique, tellement différente de tout ce que j’ai lu jusqu’ici. J’aime cette juxtaposition entre Détroit et le Moyen-Orient ou comment des gens d’univers si différents vont apprendre à se connaître», a-t-il dit.

«Sourire de nos différences»

De son côté, Kim Nguyen résume Eye on Juliet comme une rencontre improbable entre des êtres humains que tout sépare. «C’est une œuvre intimiste sur les relations modernes et plus particulièrement sur les relations amoureuses. Je veux aussi aborder le phénomène des technologies de communication, comment elles affectent la façon dont nous interagissons avec nos semblables.»

En mars dernier, le réalisateur québécois a tourné dans le sud du Maroc avant de continuer à Montréal. Dans quelques jours, l’équipe se déplacera à Paris pour les séquences finales. «C’est un tournage compliqué, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle. Je veux aussi aborder ce film avec humour et ironie, malgré la situation géopolitique au Moyen-Orient. On évolue aujourd’hui dans des atmosphères tellement polarisées et tendues que je sens le besoin de réaliser ce film avec une certaine légèreté. Je veux pouvoir sourire de nos différences», a expliqué Nguyen.

Rien n’est d’ailleurs encore figé pour lui. Le cinéaste se donne toute la liberté pour faire évoluer son long métrage dans une direction. «Je manipule beaucoup d’éléments différents dans ce film et je vais continuer de le sculpter jusqu’à la fin du montage. J'ai très hâte de voir comment je vais explorer la forme définitive. Une chose certaine, la bande sonore va être signée par le groupe Timber Timber, ce qui va donner la teinte ironique que je cherche à travers leur musique plutôt unique.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Films de la semaine