DIVERTISSEMENT

Fred Pellerin fait résonner sa poésie sur les Plaines (PHOTOS)

14/07/2016 11:29 EDT
Alice Chiche

QUÉBEC – Fred Pellerin a fait résonner sa poésie jeudi soir sur les Plaines d’Abraham au cours d’une soirée dédiée à la chanson francophone marquée par les attentats de Nice, à quelque 5 000 KM de là.

Après une magnifique intro musicale, le chanteur de Saint-Élie-de-Caxton s’est présenté, guitare en bandoulière et harmonica aux lèvres, pour lancer sa soirée carte blanche du Festival d’été de Québec avec Le commencement du monde et Il faut que tu saches.

Après Plus tard qu’on pense, le célèbre conteur a confié avoir écrit des «chansons qui se chuchotent» sans jamais penser les endisquer. «Ça jamais été pensé pour faire des spectacles, ces chansons-là», a-t-il lancé.

L’air de rien, Fred Pellerin en était pourtant au 49e spectacle de sa tournée jeudi soir. La foule nombreuse sur les Plaines, elle, semblait heureuse de voir ce passage du conteur à la chanson.

Il faut dire que Fred Pellerin avait mis les grands moyens pour ce concert en plein air en accueillant de nombreux musiciens sur scène, dont des sections de cuivres et de cordes.

Le chanteur avait également invité 87 concitoyens de Saint-Élie-de-Caxton pour l’accompagner sur quelques chansons, dont L'hymne et La mère-chanson. Parmi les invités se trouvaient l’ex-garagiste du village, le vice-chef des pompiers, le maire, son frère Nicolas, la caissière de l’épicerie et le fameux Jeannot Bournival. Tous ont été accueillis avec des applaudissements chaleureux alors que le chanteur les présentait.

Mais le conteur n’est jamais loin et Fred Pellerin a parsemé sa prestation d’anecdotes dans son langage coloré. On a notamment eu droit à l’histoire de monsieur Cardin, qui aurait défoncé le plancher à force de taper du pied.

Juste avant d’interpréter la jolie De père en fils, Fred Pellerin a eu une pensée pour les victimes de l’attentat de Nice, survenu quelques heures plus tôt. Une «ombre» s’est abattue sur ce «jour de la Bastille», a-t-il souligné. «Je ne suis pas bilingue, mais on m’a dit que Nice ça voulait dire gentil», a-t-il souligné.

La soirée s'est terminée sur Mille après mille, de Willie Lamothe, toujours aussi efficace. Au moment de saluer la foule, Pellerin et ses comparses ont eu droit à la plus importante ovation depuis le début du festival. La centaine de personnes sur scène a quitté sous les «ohé, ohé» habituellement réservés aux hockeyeurs.

Julien Clerc en première partie

La première partie de cette soirée du 14 juillet, fête nationale des Français, avait été confiée à Julien Clerc, issu de la grande époque des chansons à textes.

L’attentat à Nice survenu quelques heures plus tôt planait toutefois sur les Plaines, alors que le consul général de France, Nicolas Chibaeff, est venu demander une minute de silence aux festivaliers peu avant la prestation.

Le chanteur français s’est amené devant un parterre dégarni avec La Cavalerie, suivie de Ballade pour un fou.

Celui qui roule sa bosse depuis 1968 a également dû recommencer Cris, tambours et masques de guerre, son hommage aux «Indiens». Le chanteur s’est arrêté après quelques mesures pour reprendre la chanson. «Pardon, pardon, je me suis trompé», a-t-il lancé humblement.

Les festivaliers, qui avaient sorti les chaises pliantes pour l’occasion, ont eu droit à plusieurs succès du chanteur de charme, dont Fais-moi une place, Femmes je vous aime, de même que la célèbre Cœur de rocker qui a dégourdie la foule.

Si le passage de Julien Clerc a semblé combler ses fans, on ne peut pas dire que le chanteur de 68 ans déborde d’énergie sur scène.

Au moment du rappel, Julien Clerc a laissé la foule interpréter la majeure partie de son succès Ma préférence.

Les festivaliers ont ensuite eu droit à une reprise de Travailler c’est trop dur, de Zachary Richard, une chanson qu’il s’est «empressé de lui voler» après l’avoir entendue pour la première fois, a-t-il confié.

C’est finalement au moment d’interpréter une reprise en français de Let the Sunshine In (peu réussie), que le chanteur français a abordé les attentats de Nice qui ont fait au moins 75 morts. «Je me demande un peu plus tous les jours dans quel monde nous vivons aujourd’hui», a-t-il dit en se rappelant une époque plus simple où il performait dans la comédie musicale Hair.

«Il faut laisser entrer le soleil et essayer de s’aimer», a-t-il conclu en poursuivant le dernier segment de sa chanson.

Setlist de Fred Pellerin

Au commencement du monde

Il faut que tu saches

Plus tard qu’on pense

Retenir le printemps

C’est combien?

Là-bas

Tenir debout

Cerf-volant (Gilles Vigneault)

Chanson cloche

Le musée du jamais-vu

Bang bang

De père en fils

Village

Mommy

Alouette

L’hymne

La Mère-chanson

Rappel

Silence

Mille après mille

INOLTRE SU HUFFPOST

FEQ 2016 : Fred Pellerin