NOUVELLES
12/07/2016 10:38 EDT

Jeu Star Citizen: Plus d'un million d'utilisateurs participent au financement et au développement (VIDÉO)

« Star Citizen » est le nouveau projet de Chris Roberts, concepteur de jeu qui a connu beaucoup de succès dans les années 90 avec la série de simulateurs spatiaux « Wing Commander ».

Après un hiatus de quelques années, Chris Roberts revient sur le devant de la scène en 2012, avec un projet ambitieux : relancer le simulateur spatial et en faire un jeu massivement en ligne. Son but: créer une expérience fluide et complète, permettant aux joueurs de piloter des vaisseaux, sortir des vaisseaux, tirer sur des ennemis, faire des missions et du commerce, le tout dans un univers unifié et immersif. Il présente une vidéo démo technique et inscrit « Star Citizen » en sociofinancement. L’énorme communauté de fans formée autour des « Wing Commander » a répondu présent, en finançant le projet à la hauteur de 100 millions $ US, ce qui en fait le projet le plus sociofinancé au monde, tous domaines confondus.

Développée par l’agence montréalaise Turbulent qui a été référée à Chris Roberts par le studio de jeu Behavour Interactive, Roberts Space Industries (https://robertsspaceindustries.com/) est la plateforme qui permet de gérer le sociofinancement du jeu, en proposant aux joueurs d’acheter des vaisseaux et des objets dont ils disposeront dans le jeu à sa sortie. La plateforme sert aussi à tenir la communauté au fait de l’avancement du jeu, offrir des informations précises sur l’univers, créer des organisations de joueurs, et surtout d’avoir un impact direct sur le développement du jeu.

« Chris Roberts est débarqué un jour chez Turbulent, raconte Benjamin Fardel, chargé de projets sur Roberts Space Industries. C’était impressionnant de faire la connaissance d’une personne si influente dans le domaine du jeu vidéo. On l’a rencontré, on a analysé tout ce qu’on pouvait faire avec lui. À partir de ce moment là, on a mis 6 mois à créer la nouvelle plateforme, un site de grande ampleur qui combine les données de l’ancien site et de la campagne de sociofinancement. Étant des fans de la première heure, on avait une idée plutôt précise de ce que la communauté attendait de nous et du site.»

Au total, 7 personnes travaillent chaque jour pour ajouter du contenu et entretenir la plateforme qui rejoint plus d’un million d’utilisateurs.

« À chaque détour, dès qu’on publie quelque chose, on réalise l’ampleur du projet, souligne le chargé de projets. Dès qu’on livre du contenu, c’est immédiatement visible par beaucoup de joueurs. Par exemple l’an passé on a sorti un mini-jeu, en une heure plus de 10 000 personnes avaient fini le jeu. C’est très excitant et rare pour une entreprise Web d’avoir une telle visibilité, mais en même temps, on n’a pas le droit à l’erreur .»

La plateforme Roberts Space Industries constitue un lieu d’échange privilégié avec les fans et les joueurs. Par le biais de clavardage et de forums de discussion, les joueurs aident les développeurs à affiner la plateforme et le jeu.

« Star Citizen » est l’un des premiers jeux de cette ampleur à être en « développement ouvert », c’est-à-dire à partager au jour le jour son avancé, aussi bien au plan des environnements, des nouveaux vaisseaux, des techniques, que de l’univers. Ce niveau de transparence permet aux joueurs d’être informés quotidiennement sur les nouveautés du jeu, et de donner leur avis. Le rôle de la plateforme Roberts Space Industries est de constituer cette source stable d’informations, et l’endroit où commencer à s’immerger dans le jeu.

Sur le million de comptes utilisateurs que regroupe la plateforme Roberts Space Industries, 500 000 fans ont déjà pré-acheté du contenu dans le jeu, ce qui participe activement à son financement. Au total, le jeu a récolté plus de 100 millions $ US. « On a la chance d’avoir un groupe important de joueurs qui nous aide à chaque étape, qui est là pour nous accompagner dès qu’on lance un nouveau module. Quand on s’occupe d’une mise à jour majeure, on la teste au préalable sur des joueurs sélectionnés et on tient compte de chacune de leurs remarques », souligne Benjamin Fardel.

Depuis juillet 2013, l’équipe de Turbulent met en place beaucoup d’outils pour aider la communauté à se sentir bien sur la plateforme et dans le jeu. Le système d’organisations permet aux joueurs de créer une guilde pour recruter d’autres joueurs aux intérêts similaires. Ils peuvent choisir une image pour leur organisation, un nom, un slogan et une histoire. Des dizaines de milliers d’organisations ont déjà été créés à l’internationale. Toute la communauté peut également communiquer via un système de chat et de médias dans lesquels les joueurs peuvent poster toutes leurs créations.

« On est très réactif aux demandes de la communauté. Assez souvent, on demande aux joueurs ce qu’ils attendent des prochaines étapes du développement du jeu ou de la plateforme, et ça devient le nouveau focus de priorité de notre équipe », mentionne Benjamin Fardel.

La force et la pérennité d’un projet aussi long viennent de la relation privilégiée entre les joueurs et les développeurs.

« Dès l’instant où la communauté a conscience que le projet avance, on le fait avancer avec eux, la réaction est toujours positive», conclut Benjamin Fardel.

Source: Numa.media.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

De la difficulté d'adapter un jeu vidéo au cinéma