NOUVELLES

Soudan du Sud: les USA réclament la fin immédiate des combats, retirent leur personnel

10/07/2016 09:16 EDT | Actualisé 10/07/2016 09:31 EDT
AFP via Getty Images
Sudan People's Liberation Army (SPLA) soldiers take a rest outside the United Nations Mission in South Sudan (UNMISS) base in Malakal on March 20, 2014, after the SPLA allegedly took over Malakal town. Malakal is a key city in an oil-prducing region in the country's northeast, 497km north of Juba. South Sudan's government has been at war with rebel groups since December 15, whena clash between troops loyal to President Salva Kiir and those loyal to sacked vice president Riek Machar snowballed into full-scale fighting. Thousands have died in more than three months fo fighting and over 930,000 civilians have fled their homes, including over a quarter of a million leaving for neighbouring nations as refugees, according to the United Nations.AFP PHOTO / IVAN LIEMAN (Photo credit should read Ivan Lieman/AFP/Getty Images)

Les Etats-Unis ont réclamé dimanche la fin immédiate des combats au Soudan du Sud et ont ordonné le retrait de ce pays de tout le personnel de leur ambassade jugé non-essentiel.

"Les Etats-Unis condamnent fermement les nouveaux combats qui ont eu lieu à Juba aujourd'hui (dimanche) entre les forces fidèles au président du Soudan du Sud Salva Kiir et les forces du vice-président Riek Machar, y compris les possibles attaques contre des sites civils qui nous ont été rapportées", a annoncé le porte-parole du département d'Etat américain John Kirby dans un communiqué.

"En réponse aux violences actuelles", le département d'Etat "a ordonné aujourd'hui le retrait du personnel non-essentiel de l'ambassade américaine à Juba", a-t-il dit.

Il a pressé les expatriés américains de prendre leurs précautions. "La capacité de l'ambassade de procurer des services d'urgence aux citoyens américains à Juba est extrêmement limitée", a-t-il prévenu.

Les combats entre les soldats fidèles au président du Soudan du Sud Salva Kiir et les forces du vice-président Riek Machar ont fait en fin de semaine au moins 270 morts, selon des médias locaux. Des milliers d'habitants fuyaient dimanche la capitale Juba devant les combats intenses qui se poursuivaient.

Washington demande "aux deux dirigeants et à leurs alliés politiques et militaires de retenir leurs soldats, de les ramener dans leurs casernes et d'empêcher de nouvelles violences et effusions de sang", a déclaré M. Kirby.

"Les Etats-Unis sont déterminés à garantir que des mesures appropriées soient prises pour que les responsables de la poursuite des combats et des violations du droit humanitaire international rendent des comptes", a-t-il poursuivi.

Dans le cadre d'un fragile accord de paix et de partage du pouvoir signé en août 2015, M. Machar est revenu, avec un fort contingent d'hommes armés, en avril à Juba, où il a été réinstallé vice-président et a formé avec M. Kiir un gouvernement d'union nationale.

M. Kirby a déclaré que les Etats-Unis étaient en relation à propos de cette crise avec des responsables de l'Union africaine et des dirigeants de la région.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter