INTERNATIONAL

Élections au Japon: la coalition de Shinzo Abe restera au pouvoir

10/07/2016 10:35 EDT | Actualisé 10/07/2016 10:35 EDT
Bloomberg via Getty Images
Shinzo Abe, Japan's prime minister and president of the Liberal Democratic Party (LDP), center, shakes hands with a party executive as he arrives at a conference room in the party's headquarters after the upper house election in Tokyo, Japan, on Sunday, July 10, 2016. Abe's conservative ruling coalition and its allies are set for a big win in Sunday's upper house election, an NHK exit poll showed, and may achieve the two-thirds majority that would allow him to press ahead with plans to revise the pacifist constitution. Photographer: Tomohiro Ohsumi/Bloomberg via Getty Images

La coalition au pouvoir au Japon dirigée par le premier ministre Shinzo Abe a remporté une victoire plus décisive que prévu lors des élections sénatoriales, les électeurs choisissant la stabilité et la reprise économique.

La moitié des 242 sièges de la Chambre haute étaient en jeu lors des élections de dimanche. La coalition n'aurait pas pu être écartée du pouvoir puisqu'elle compose la majorité de la Chambre basse, jugée plus puissante. Cependant, ces élections pouvaient permettre de jauger la popularité du gouvernement.

Les libéraux-démocrates de M. Abe ont remporté 56 des 121 sièges, selon les résultats annoncés lundi, au Japon (en soirée à Montréal). Leur principal partenaire au sein de la coalition, le Komeito, compte 14 élus. Ses 70 victoires dépassent l'objectif de 61 établi par M. Abe.

Ce nombre pourrait encore s'accroître si des élus indépendants acceptent de se joindre à la coalition ou si des élus de l'opposition faisaient défection, ce qui pourrait survenir selon des experts.

"Honnêtement, je suis très soulagé", a déclaré M. Abe sur les ondes de la chaîne NHK. Il a promis de nouvelles dépenses afin d'aider de façon "complète et dynamique" la relance de l'économie.

Avec ses autres membres conservateurs, la coalition pourrait bien atteindre une majorité des deux tiers dans la Chambre haute - cruciale pour l'organisation du référendum, nécessaire à la réécriture de la constitution.

La constitution du Japon, imposée par les États-Unis durant l'après-guerre, limite son armée à un rôle d'autodéfense.

Les libéraux-démocrates règnent de manière presque continue depuis la Seconde Guerre mondiale. L'opposition formait le gouvernement lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011 et ses efforts de reconstruction ont été vivement critiqués.

Selon Robert Dujarric, directeur de l'Institut d'études asiatiques contemporaines à l'Université Temple, à Tokyo, les résultats des élections reflètent le désenchantement de l'électorat quant à l'opposition.

VOIR AUSSI:

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter