POLITIQUE

Le Canada déploie ses militaires dans les pays baltes

08/07/2016 07:11 EDT | Actualisé 09/07/2016 09:11 EDT

Le premier ministre Justin Trudeau annonce au sommet de l'OTAN, à Varsovie en Pologne, le déploiement de « la plus importante présence militaire continue du Canada en Europe en plus de dix ans ».

Un texte de Louis Blouin

Des militaires canadiens seront bientôt déployés en Lettonie pour former un groupement tactique multinational. Le Canada vient ainsi durcir ses efforts de dissuasion à l'endroit de la Russie. L'Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis déploieront des bataillons semblables dans les deux autres républiques baltes et en Pologne. Le bataillon dirigé par le Canada pourrait être composé en partie de soldats d'autres pays.

Une frégate canadienne sera aussi déployée dans la région, ainsi que six avions de chasse qui effectueront « une surveillance périodique » et « des activités de police aérienne » en Europe. Le dernier déploiement d'avions de chasse canadiens dans la région remonte à 2014.

Ces engagements constituent le mandat renouvelé du Canada dans le cadre de l'opération « Reassurance » en Europe centrale et en Europe de l'Est.

«Le Canada joue un rôle solide et constructif dans le monde.» - Justin Trudeau, premier ministre du Canada.

Le déploiement de quatre bataillons multinationaux dans les trois républiques baltes et la Pologne est un changement de posture pour l'OTAN devant la Russie. Ce nouvel effort de « dissuasion » plus musclé est une réponse directe à la présence russe dans le conflit ukrainien et l'annexion de la Crimée en mars 2014.

L'Alliance veut ainsi rassurer les pays membres de la région et renforcer leurs défenses. Le but de l'opération est de « dissuader l'agression » et d'assurer « la paix et la stabilité en Europe », disait le ministre de la Défense Harjit Sajjan la semaine dernière.

Ce renforcement du flanc est par l'Alliance est vu comme un acte de défiance par Moscou qui a promis de déployer trois nouvelles divisions le long de sa frontière ces dernières semaines.

Un sommet crucial

Le sommet de Varsovie arrive à un moment crucial pour les pays membres. L'escalade des tensions avec la Russie, les conflits en Irak et en Syrie, l'attentat récent en Turquie et la crise des migrants contribuent à l'instabilité dans plusieurs régions du globe.

Par ailleurs, les secousses de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne se font toujours sentir. Certains leaders voudront sans doute lancer un appel à l'unité des pays occidentaux pendant le sommet.

Rencontres bilatérales

En marge du sommet, le premier ministre Trudeau une série de rencontres bilatérales. Vendredi, il doit s'entretenir avec le président de l'Afghanistan. Le but de la rencontre n'est pas précisé pour l'instant. Justin Trudeau doit aussi rencontrer en privé les dirigeants lettons, néerlandais et danois samedi.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter