NOUVELLES

Wimbledon - Roger Federer est revenu de l'enfer

06/07/2016 06:03 EDT | Actualisé 06/07/2016 06:04 EDT
Paul Childs / Reuters
Britain Tennis - Wimbledon - All England Lawn Tennis & Croquet Club, Wimbledon, England - 6/7/16 Switzerland's Roger Federer celebrates winning his match against Croatia's Marin Cilic REUTERS/Paul Childs

Roger Federer est revenu de l'enfer mercredi contre le Croate Marin Cilic, sauvant trois balles de match au passage pour accéder à une onzième demi-finale à Wimbledon, où Andy Murray s'est qualifié aussi dans la souffrance.

Mené deux manches à rien, Federer s'est imposé au bout du suspense 6-7 (4/7), 4-6, 6-3, 7-6 (11/9), 6-3, pour s'offrir une 11e demi-finale et une 84e victoire - deux records - à Londres.

Seul l'Américain Jimmy Connors a fait aussi bien. A bientôt 35 ans (en août), le Suisse a également remporté un 307e match en Grand Chelem, faisant ainsi mieux que l'Américano-tchèque Martina Navratilova avec qui il partageait le record depuis lundi.

Mais pour arriver à ses fins, l'homme aux 17 trophées majeurs (record chez les messieurs), dont 7 à Londres, a beaucoup souffert sur un "Centre court" baigné de soleil. Cilic, 13e mondial, l'avait il est vrai surclassé lors de leur dernier duel, en 2014 en demi-finale de l'US Open, avant de s'imposer en finale face au Japonais Kei Nishikori et soulever son premier trophée en Grand Chelem.

Numéro d'équilibriste

Et avec son redoutable service (23 aces contre 27 pour Federer), sa longueur de balle et son agressivité des deux côtés, le géant d'1,98 m a fait frissonner pendant presque tout le match le public, qui avait pris fait et cause pour Federer, l'un de ses deux "chouchous" avec le Britannique Andy Murray.

"Marin est un merveilleux joueur. Il m'a mis en grande difficulté dans les troisième et quatrième set (...) Il arrivait à bien lire mon service alors que je ne parvenais pas moi-même à lire le sien", a commenté Federer.

C'est dans ces troisième et quatrième actes que le revirement de situation s'est amorcé. Le maestro helvète a d'abord dû effacer trois balles de break à 3-3 troisième manche, avant d'aligner trois jeux à la suite.

Cilic est reparti à l'assaut dans la quatrième manche et s'est procuré trois balles de match, dont une dans un tie-break étourdissant de suspense (à 9-8) qu'il a gâchée sur une double faute (7 dans le match, 0 pour Federer).

"J'ai essayé de rester dans le match en espérant que son niveau baisse et que j'aie un peu de chance. C'est ce qui s'est produit", a expliqué le Suisse après son numéro d'équilibriste.

Federer: «Le service, c'était la clé»

"Le service, c'est la clé du match", a souligné Federer qui se rapproche de son meilleur niveau après des problèmes lombaires et une opération d'un genou (en février), qui ont jusqu'ici gâché sa saison. "Mes jambes et mon dos ont en plus répondu présent. Mentalement, cela a dopé ma confiance."

Il affrontera vendredi Milos Raonic (7e à l'ATP) pour une place en finale. Le Canadien avait fait chuter plus tôt dans la journée le N.41 américain Sam Querrey (6-4, 7-5, 5-7, 6-4), qui avait créé la surprise contre le N.1 mondial et double-tenant du titre Novak Djokovic au troisième tour. Ce sera une réédition de la demi-finale de 2014 (remportée par Federer).

Comme le Suisse, Murray est sorti aussi victorieux d'un match en cinq sets, contre le Français Jo-Wilfried Tsonga, 12e mondial (7-6 (12/10), 6-1, 3-6, 4-6, 6-1). Devant son public, le lauréat de l'édition 2013 a tremblé mais a fait la différence grâce à son mental, négociant mieux les points clés.

"Tsonga est l'un des meilleurs joueurs du monde sur gazon", a commenté l'Ecossais. "Il est revenu dans la partie grâce à d'incroyables passings-shots à des moments importants de la partie."

Il jouera sa septième demi-finale à Londres en huit éditions face au Tchèque Tomas Berdych, finaliste en 2010, qui a dominé sans trop de difficultés le novice français Lucas Pouille (30e) en trois manches (7-6 (7/4), 6-3, 6-2).

Voir aussi:

Djokovic gana Wimbledon 2015 ante Federer

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter