DIVERTISSEMENT

Montréal Complètement Cirque 2016: 7 suggestions pour fêter les 7 ans du festival (VIDÉO/PHOTOS)

05/07/2016 12:23 EDT | Actualisé 05/07/2016 12:25 EDT

Les plus talentueux, les plus audacieux, les plus drôles, les plus casse-cous et les plus émouvants seront réunis à Montréal. Ils sont originaires d’Australie, du Canada, de France, d’Espagne, de Suisse, des États-Unis et de la Grande-Bretagne: sept pays représentés lors de la septième édition du festival Montréal Complètement Cirque, qui se tiendra du 7 au 17 juillet. Question d’être cohérent, voici donc… 7 suggestions.

Montréal Complètement Cirque 2016: 7 suggestions pour la 7e édition


Les Minutiens et leur Fracas (7 au 17 juillet, parc Émilie-Gamelin)

Ils se meuvent d’abord sur la rue Saint-Denis, courant et sautant partout, utilisant un lampadaire ici et franchissant un obstacle là, avant de se rendre au parc Émilie-Gamelin pour leur apothéose: le tout nouveau spectacle présenté sur l’immense structure métallique en plein air. Sur fond de musique électroacoustique ou de silence poignant, les circassiens (la plupart des étudiants actuels, passés ou futurs de l’École nationale de cirque) font monter de plusieurs étages le niveau de leurs prouesses, en compagnie de 30 citoyens complices.

Bromance (9 au 14 juillet, Théâtre Centaur)

Tout droit sortis du Royaume-Uni, les trois téméraires mélangent leurs habiletés respectives pour la roue Cyr, le breakdance (l’un deux a fait le top 20 de So You Think You Can Dance 2011), le parkour, la gymnastique et le taekwondo, en plus de leur talent commun pour l’acrobatie, pour vous en mettre plein la vue! On a particulièrement hâte d’assister à leur production toute masculine bardée de nonchalance, de compétition, de savoir-faire, d’insécurité et d’humanité.

Pour le meilleur et pour le pire (7 au 17 juillet, chapiteau de la TOHU)

La direction du festival tente de faire venir ce spectacle depuis des années, mais ce n’est que cet été que les amateurs pourront découvrir le duo formé par le Français Victor Cathala et la Finlandaise Kati Pikkarainen. Illustrant les hauts et les bas de leur couple d’acrobates, ils enchaînent les portions de main à main, de perche, d’acrobatie et de jeux icariens. Depuis 2011, leur spectacle a été joué plus de 350 fois à travers le monde!

4x4 Ephemeral Architectures (14 au 17 juillet, Théâtre Outremont)

Parce qu’on est encore sous le charme de l’exceptionnel spectacle Smashed, qui nous avait prouvé en 2013 qu’on peut bel et bien présenter un spectacle entier de jonglerie pendant plus d’une heure en maintenant l’intérêt des spectateurs vif et un sourire étampé au visage, on ne peut qu’anticiper avec hâte cette nouvelle création de la troupe Gandini Juggling. Bien qu’ils aient créé près de 30 productions, présentées plus 5000 fois dans une cinquantaine de pays, les jongleurs n’offrent nullement du réchauffé. Au menu cet été: le mariage entre la jonglerie et le ballet classique. Si vous nous cherchez, on est déjà en ligne pour avoir des billets!

Transit (7 au 16 juillet, TOHU)

Deux mots: Flip FabriQue. Et pourquoi pas quelques autres: la troupe née dans la ville de Québec continue de séduire le monde du cirque, trois ans après avoir présenté leur première création, Attrape-moi, à Montréal, Paris, New York et Berlin, et après avoir attiré plus de 115 000 personnes à l’Agora du port de Québec avec Crépuscule durant l’été 2015 (ils sont de retour dans une version remaniée cet été dans la Vieille Capitale). À l’occasion du festival montréalais, ils feront honneur aux petits et grands moments dans la vie trépidante des circassiens avec un amalgame de trampo-mur, de sangles aériennes, de banquine, de barre russe, d’acrobaties, de jonglerie et, encore une fois, de hula hoop!

The Elephant in the Room (8 au 13 juillet, Théâtre Outremont)

Pourquoi ces trois Français et cet Américain sont-ils à ce point emballés de se produire au festival? Possiblement parce que les trois quarts d’entre eux ont obtenu leur diplôme à l’École Nationale de Cirque de Montréal. Mais sachez qu’ils ont plus qu’un bout de papier pour attirer votre attention: ayant tourné partout sur la planète avec les 7 doigts de la main et pris part au spectacle Pippin sur Broadway, voilà qu’ils se réunissent et nous offrent leur premier bébé. Sorte de vaudeville où les portes claquent, The Elephant in the Room fait un clin d’œil aux années 30 et aux films noirs hollywoodiens, alors la divine Miss Betty est prise entre l’amant, le valet et le mari.

Smoke and Mirrors (12 au 16 juillet, Espace GO)

Qui de mieux pour critiquer le capitalisme, mettre en lumière les failles de l’Amérique et nous éblouir que Codhi Harrel et Laura Stokes, qui nous arrivent du Nouveau-Mexique? Artiste multitalentueux, trapéziste autodidacte et danseur, il crée avec cette ex-ballerine et gymnaste, en improvisant, en réfléchissant sur le monde et en nous envoyant une salve d’authenticité au visage.

Montréal Complètement Cirque, du 7 au 17 juillet 2016. Pour tous les détails, c'est ici.