NOUVELLES

Examen d'histoire de secondaire 4 : les élèves récupèrent leurs points

05/07/2016 11:38 EDT | Actualisé 05/07/2016 11:39 EDT
JGI/Jamie Grill via Getty Images
Digital tablet and book on desk in classroom

Le ministre de l'Éducation du Québec attribuera aux élèves tous les points associés à la question annulée lors de l'examen d'histoire au secondaire.

Rappelons que le ministère avait décidé d'exclure la question 22 de l'examen en Histoire et éducation à la citoyenneté de 4e secondaire après que des informations sur une question eurent circulé sur les réseaux sociaux. La question valait 12 points sur 50, soit presque le quart des points de l'épreuve. À la fin du mois de juin, le ministère avait décidé que les notes devaient être calculées sur 38 points, puis pondérées pour produire un résultat sur 50.

Cette décision avait été vivement contestée; plusieurs milliers de personnes avaient d'ailleurs signé une pétition exigeant une révision.

Voilà que le ministère de l'Éducation a publié un communiqué de presse mardi annonçant qu'on avait procédé à une révision des résultats « en raison de circonstances exceptionnelles et à la lumière des résultats reçus ». Ainsi, tous les points de la question 22 seront attribués aux élèves.

« Cette décision a été prise dans un souci d'équité pour les élèves de cette cohorte et pour faire en sorte qu'aucun d'entre eux ne soit pénalisé par l'annulation de cette question. », peut-on lire dans le communiqué de presse. La Loi sur l'instruction publique prévoit la possibilité de réviser des résultats.

Les nouveaux résultats seront disponibles aujourd'hui.

Les élèves qui seront toujours en situation d'échec malgré l'ajustement des notes devront reprendre l'examen le 27 juillet prochain.

Le ministère ajoute dans son communiqué que la sécurité et la confidentialité entourant les épreuves ministérielles seront renforcées.

L'examen d'histoire ministériel en 4e secondaire vaut 50 % de la note finale. La réussite à cette épreuve est obligatoire pour obtenir un diplôme d'études secondaires.

VOIR AUSSI :

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter