La sécurité sportive et l'avenir du hockey selon Hayley Wickenheiser

04/07/2016 12:05 EDT | Actualisé 28/07/2016 12:01 EDT
Dave Holland

Quatre médailles d’or et une médaille d’argent olympiques, et sept médailles d’or des Championnats du monde. Voilà quelques-uns des titres récoltés par la plus ancienne joueuse de l’Équipe du Canada de hockey sur glace féminin.

Les succès de Hayley Wickenheiser ne sont pas dus à la chance. Ils sont le fruit de sa détermination, de son jeu astucieux et de ses bonnes habitudes de vie.

En partenariat avec Robax, nous avons rencontré cette athlète chevronnée afin de dresser un portrait du hockey féminin actuel et savoir ce que la relève peut faire pour jouer de manière plus sécuritaire.

* Cette entrevue a été raccourcie.

Vous avez longtemps été une figure de proue du hockey. Vous vous êtes inscrite dans des écoles pour hommes et avez été la première femme à jouer dans une ligue professionnelle masculine. Quelles leçons tirez-vous de ces exploits?

J’ai appris que la société aime ranger les choses et les gens dans des boîtes. Nous sommes rarement ouverts aux gens qui repoussent les limites et essaient de nouvelles choses. Mais c’est exactement ce qu’il faut faire pour changer le monde. Si je n’avais pas fait ce que j’ai fait, et si d’autres femmes n’avaient pas fait tomber des barrières avant moi, nous n’aurions rien accompli.

Le hockey féminin a considérablement évolué depuis une vingtaine d’années. Comment avez-vous perçu ces changements alors que vous étiez en première ligne?

Nous avons parcouru un long chemin. On entend beaucoup parler du Canada et des États-Unis, qui demeurent les deux puissances mondiales du hockey, mais les autres pays ont fait des progrès considérables. Il faut que ça continue. Il faut que les fédérations sportives de ces pays continuent de croire et d’investir dans le hockey féminin comme nous le faisons en Amérique du Nord.

hayley wickenheiser

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes intéressés par une carrière dans le hockey professionnel?

Premièrement, il faut regarder beaucoup de matches de hockey. Vous pouvez apprendre un tas de choses en regardant les autres jouer. Deuxièmement, il faut profiter de chaque occasion de travailler, même s’il n’y a personne autour pour vous regarder. Vous n’avez pas besoin d'une pratique formelle à l’aréna pour vous entraîner. Vous pouvez faire des exercices dans votre entrée de garage, sur une patinoire extérieure, et même vous amuser à pratiquer dans votre sous-sol.

En tant que joueurs, parents, entraîneurs et fans, que pouvons-nous faire pour que le hockey soit plus sécuritaire, y compris chez les débutants?

Nous devons inculquer aux enfants le respect sur la glace. Si les enfants se respectent mutuellement lorsqu’ils jouent, ils seront moins susceptibles de se donner des coups lorsqu’ils se retrouvent en position difficile. Il est possible de jouer au hockey intensément sans chercher à blesser l’adversaire.

Le hockey sera toujours un sport rapide et chaotique, mais quel est le geste le plus important qu’une joueuse ou un joueur devrait poser pour assurer sa sécurité?

Il faut garder la tête haute en tout temps. Si vous vous dirigez vers la bande, restez bien droit, sans jamais pencher la tête vers le bas ni courber l’échine. Cela vous permettra d’éviter les blessures à la moelle épinière et plusieurs autres blessures graves.

Les maux de dos sont assez fréquents chez les hockeyeurs. Que conseillez-vous aux gens qui en souffrent?

Les maux de dos sont les pires ! Ils sont incapacitants, frustrants et peuvent nuire sérieusement à la qualité de vie. Si vous en souffrez, essayez de trouver des praticiens expérimentés qui vous aideront à gérer la douleur. N’attendez pas d’avoir le dos complètement pris et crispé pour agir. Les soins du dos doivent faire partie de votre routine quotidienne. Les exercices de stabilisation du tronc donneront de très bons résultats s’ils sont jumelés à un traitement des tissus mous. L’hydrothérapie est une excellente option. Ne laissez pas la douleur prendre le dessus. Le plus vite vous l’éliminerez, le mieux vous vous porterez. Une dernière chose : ne restez pas assis à ne rien faire! Le mouvement est une médecine en soi. Même les plus petits exercices peuvent contribuer à votre mieux-être.

Hayley Wickenheiser se prépare à participer aux Jeux olympiques d’hiver de 2018 qui auront lieu à Pyeongchang, en Corée du Sud. Elle termine également une maîtrise en sciences médicales à l’Université de Calgary dans le but de pratiquer la médecine.

Robax ne fait pas que soulager la douleur. Ce produit fabriqué avec fierté au Canada atténue aussi les spasmes au dos en relaxant les muscles tendus. On est derrière vous.

Cet article peut contenir de l’information sur l’exercice, la forme physique et le bien-être en général, mais il ne vise pas à remplacer les conseils médicaux, les traitements ou les diagnostics effectués par un professionnel de la santé dûment qualifié. Veuillez consulter votre médecin avant d’apporter quelque changement que ce soit à votre mode de vie ou avant de commencer ou d’interrompre un traitement, quel qu’il soit. Ne refusez ni ne retardez jamais une consultation avec un professionnel de la santé à cause d’une information que vous avez lue dans le présent article.