NOUVELLES

Essai routier Honda Odyssey Touring 2016: quand la famille grandit

04/07/2016 07:56 EDT | Actualisé 04/07/2016 07:57 EDT
AutoAuFéminin.com

Rares sont les personnes qui courent chez leur concessionnaire acheter une minifourgonnette comme la Honda Odyssey 2016. Pratique et polyvalente, il n’y a aucun doute, elle constitue tout de même davantage un choix rationnel qu’un choix émotif. Pour tout dire, dans la plupart des cas, c’est presque à reculons que les consommateurs, surtout les hommes, se résignent à ce type de conduite.

Il faut quand même lui concéder qu’elle a beaucoup à offrir, cette Honda Odyssey. Puissante malgré sa taille, il est difficile de lui trouver un défaut suffisant pour la renier. Si ce n’est, avouons-le, qu’elle n’est pas la plus stimulante ni en conduite, ni en esthétique.

LIRE AUSSI:

Essai routier Chrysler Pacifica 2017 : la minifourgonnette devient luxueuse


Physiquement, ses proportions sont un peu différentes de celles de ses rivales. Son profil s’abaisse, sa silhouette s’étire, ce qui la place quelque part entre la minifourgonnette traditionnelle et la familiale très haute sur pattes.

Le résultat, ce sont deux très longues portières latérales qui, sur notre version, s’ouvraient même sur simple pression d’un bouton et qui permettent un accès à bord nettement plus facile. Pour les mettre à l’épreuve, rien de mieux qu’un petit-fils de 2 ans (et demi, précise-t-il) qui s’amusait à grimper et à descendre avec aisance.

Il a aussi profité de la vaste étendue que propose l’habitacle pour en faire son siège social et son principal parc d’amusement. Il se glissait donc d’une rangée à l’autre, jouant à cache-cache et s’installant confortablement pour lire un livre dans la troisième rangée. Précisons cependant que grand-papa n’a pu se joindre à lui aussi facilement, la troisième rangée étant moins confortable pour un adulte de taille normale, et au tour de taille un peu plus imposant que la moyenne.

Honda Odyssey 2016

De l’espace et des accessoires

Petit-fiston a adoré son séjour dans la minifourgonnette au point de faire douter ses parents de la pertinence de s’en acheter une. Il a apprécié l’espace, la capacité de se mouvoir quand le véhicule est à l’arrêt et la facilité à grimper à bord. Il a aussi adoré le fait que le Honda Odyssey Touring propose à l’arrière un écran tout en largeur capable de diffuser les épisodes de sa série préférée sur DVD. Il fallait le voir coiffé de ses écouteurs plus larges que lui, se concentrer sur les émissions, alors que le reste de la famille pouvait profiter d’une randonnée plus tranquille.

À l’avant, les occupants ne sont pas en reste. Bien sûr, pas de DVD ou de série télévisée, mais de l’espace en abondance, des sièges plutôt confortables et réglables automatiquement pour trouver la position idéale.

En matière d’ergonomie, on aurait aimé un peu plus de modernisme. Les commandes sont en général bien placées et faciles d’accès, mais le système multimédia recèle toujours des mystères, même après plusieurs jours d’usage. Ainsi, je n’ai jamais pu réussir à faire fonctionner adéquatement toutes les fonctions de mon téléphone intelligent avec les commandes intégrées.

Du même souffle, de façon régulière ma connexion Bluetooth se coupait, et la Honda Odyssey cherchait un téléphone avec lequel se jumeler, comme si quelqu’un d’autre avait activé la fonction. Un peu dérangeant quand survient la chose au beau milieu d’un appel…

Autre détail, les prises de connexion USB et auxiliaire sont logées au bas dans la planche de bord, mais loin de la console centrale. Le fil doit donc être assez long pour permettre de déposer le téléphone non loin des portes-gobelets.

Quant à l’espace intérieur, il est plus qu’abondant. À l’avant par exemple, un coffret de rangement permet de dissimuler tout ce que vous pouvez imaginer transporter, ou presque. Mieux encore, au bas de la console se trouve un petit coffret réfrigéré, un autre élément qui a plu à mon petit-fils quand est venu le temps de boire un peu d’eau fraiche lors des périodes de canicule.

Évidemment, la version Touring est équipée de banquettes repliables électriquement, ce qui dégage quasi complètement le plancher comme dans toute bonne minifourgonnette. Le résultat est donc un espace plat et bien assez vaste pour y loger toutes les affaires de la famille.

La longueur du véhicule permet, même avec les sièges relevés, de disposer somme toute d’un espace raisonnable qui ne vous oblige pas à trop de compromis en matière de valises lorsque vous partez en voyage.

Sous le capot

La mécanique de la Honda Odyssey n’est pas nouvelle. Le moteur V6 de 3,5 litres déballe ses 248 chevaux depuis quelques années déjà sans trop souffrir, et le fait avec bonheur. Son couple de 250 livres-pied permet une certaine vivacité dans les accélérations, alors que la boite de vitesse automatique à six rapports souffre un peu plus en transmettant la puissance aux roues avant.

Rappelons-nous quand même que cette motorisation a rendu de fiers services depuis sa mise en marché, tout comme la Honda Odyssey elle-même, mais que le tout est à la veille d’une sérieuse refonte qui ne fera certainement pas de mal.

Car même si on évalue la puissance relative de l’ensemble, la lourdeur est perceptible dans tous les mouvements. Bien sûr, les imposantes dimensions obligent. Cela dit, des rivales comme la nouvelle Chrysler Pacifica, aussi imposante, procurent une conduite nettement plus inspirée.

Même son de cloche du côté de la consommation. Honda nous promet 12,3 litres aux 100 kilomètres en ville et 8,5 litres aux 100 kilomètres sur autoroute, mais jamais je n’ai pu approcher ces données à vitesse de croisière, du moins selon l’ordinateur de bord. Au final, j’ai obtenu une moyenne de 11,9 litres alors que mon trajet comptait au moins 50% d’autoroute.

Autre bémol d’importance, alors que notre version Touring est la plus équipée du lot, elle arrive aussi avec une facture un peu salée : 48 750 $ pour notre version d’essai. Il est vrai que des versions plus modestes dont le prix de départ est de 30 600 $ environ sont aussi au menu de Honda, et il faut bien avouer que le confort et la longue liste d’accessoires de la Touring ne sont peut-être pas toujours nécessaires (on peut vivre sans portières électriques à distance ou sans système vidéo à l’arrière). Malgré tout, elle demeure parmi les plus dispendieuses de la catégorie.

Ne vous méprenez pas : la Honda Odyssey compte toujours comme l’une des minifourgonnettes les plus intéressantes du marché. Mais une petite cure de rajeunissement la rendrait encore plus agréable.