NOUVELLES

Les problèmes d'Alexander Radulov referont-ils surface avec les Canadiens la saison prochaine?

04/07/2016 03:23 EDT | Actualisé 04/07/2016 04:01 EDT

La nouvelle acquisition du Canadien de Montréal, Alexander Radulov, est précédée d'une réputation : celle d'un joueur qui, hors de la glace, peut devenir une telle distraction que son jeu sur la glace en est affecté.

Beaucoup se souviennent qu'en 2012, Radulov avait réintégré les rangs des Prédateurs de Nashville juste à temps pour les séries éliminatoires après avoir joué quelques saisons en Russie. La marge d'erreur du Russe était petite, et ça n'a pas pris de temps avant qu'il ne se fasse suspendre par l'équipe pour avoir manqué un couvre-feu (en compagnie d'Andrei Kostitsyn).

radulov

Les rumeurs entourant cet incident, selon lesquelles les deux joueurs étaient saouls et sont rentrés bien après l'heure limite, courent depuis et font un peu peur aux partisans des Canadiens. Mais il ne faut pas s'en faire, si le père de Radulov, Valeri, est à prendre au sérieux.

C'est qu'un journaliste avait vu les athlètes dans un restaurant et avait assumé qu'ils étaient en boisson, selon ce que le paternel a révélé au média russe MatchTV. Les propos ont été traduits par TVA Sports.

«J'étais aux États-Unis lorsque c'est arrivé et je sais ce qui est arrivé. Ils n'avaient pas bu une seule goutte d'alcool. Ils étaient arrivés avec un retard de 10 minutes et l'entraîneur avait décidé de les suspendre deux matchs», renchérit Valeri Radulov.

Vrai ou pas, la version du père ne change pas que Shea Weber, acquis cette semaine par le Tricolore en échange de P.K. Subban et ex-coéquipier de Radulov lors de l'incident, avait déclaré en 2012 s'être senti trahi par le Russe.

«J'étais un de ceux qui voulaient qu'il revienne [de Russie pour réintégrer l'équipe, NDLR]», avait indiqué Weber à la chaîne de radio TEAM 1040 Vancouver.

«On se sent un peu trahi, mais je suis sûr qu'il se sent mal et qu'il préférerait que ça ne soit pas arrivé. Ce sont des choses qu'on ne peut oublier et il faut continuer d'avancer malgré tout», avait ajouté le grand défenseur.


En quatre ans, la poussière a le temps de retomber. Les joueurs vieillissent et oublient les petites chicanes du passé. Un joueur professionnel comme Weber n'en voudrait surement pas encore à Radulov après tout ce temps, ce qu'a confirmé Marc Bergevin, le directeur-général des Canadiens.


«Bergevin a parlé à Shea Weber de son ancien coéquipier Radulov avant de se lancer à la poursuite de l'ailier russe.»

Problème réglé, alors. Radulov est un homme nouveau, qui a progressé et maturé depuis la naissance de son enfant, et il s'intégrera bien à l'équipe sans causer de remous... n'est-ce pas?

Personne ne peut répondre à cette question aujourd'hui, mais sur les réseaux sociaux, plusieurs ont fait remarquer qu'il était ironique que les Canadiens aient échangé P.K. Subban probablement à cause de son attitude et de la place qu'il prenait hors de la patinoire, deux jours avant d'offrir un contrat à un athlète qui a de la difficulté à se commettre pour son équipe et qui a même déjà frappé son entraîneur du bâton pendant un match.

La prochaine saison des Canadiens de Montréal risque d'être intéressante!

INOLTRE SU HUFFPOST

«Tanking 101», ce que les Canadiens peuvent faire pour perdre le plus de matchs possible