NOUVELLES

Cent ans de la bataille de la Somme: hommage au Régiment de Terre-Neuve

01/07/2016 11:19 EDT | Actualisé 01/07/2016 11:19 EDT

Une foule solennelle a envahi les rues du centre-ville de Saint-Jean de Terre-Neuve, vendredi matin, pour souligner le 100e anniversaire du début de la bataille de la Somme et du combat de Beaumont-Hamel, au cours duquel le Régiment de Terre-Neuve a été presque entièrement décimé.

Durant l'attaque, qui n'a duré que 30 minutes, plus de 700 soldats terre-neuviens ont été tués, blessés ou sont disparus dans le village de Beaumont-Hamel, dans le nord de la France, a rappelé le gouverneur général du Canada, David Johnston.

Le lendemain, seulement 68 soldats ont répondu à l'appel.

"C'est une histoire de bravoure, une histoire de sacrifice extraordinaire, une histoire de tragédie humaine atroce", a-t-il déclaré.

La foule s'est rassemblée au Mémorial national de Terre-Neuve à Saint-Jean plus d'une heure avant la cérémonie soulignant le triste anniversaire du carnage.

Tandis que l'infanterie puis les forces aériennes, navales, policières et médicales défilaient, des citoyens ont observé le défilé à partir de fenêtres ou même juchés sur des toits avoisinants.

"Ils ne savaient pas qu'ils allaient mourir dans un pays étranger. Ils pensaient qu'ils reviendraient à la maison", a laissé tomber Colin Cox, en contenant difficilement ses larmes. Sa femme Helen et lui s'étaient déplacés pour voir leurs deux fils défiler avec le régiment. M. Cox, lui-même retraité de l'aviation canadienne, a également deux combattants de la Grande Guerre comme grands-oncles.

La princesse Anne, en visite dans la province, s'est jointe aux vétérans pour rendre hommage à leurs prédécesseurs. La commandante en chef du Régiment royal de Terre-Neuve a déposé une couronne de fleurs durant la cérémonie commémorative.

Charles Furey, 71 ans, a eu du mal à se rendre au Mémorial national. L'homme de Saint-Jean de Terre-Neuve peine à se déplacer, mais tient à être présent chaque année pour rendre hommage aux hommes qui ont sacrifié leur vie.

"Les pauvres garçons. Ils étaient si jeunes. Ils n'auraient jamais dû se trouver là, a déploré M. Furey. Tant que je pourrai marcher, j'y serai."

Lors d'une cérémonie en matinée au Musée canadien de la guerre à Ottawa, le premier ministre Justin Trudeau a souligné que la grande majorité des 800 jeunes hommes ayant reçu l'ordre de sortir de leurs tranchées le matin du 1er juillet 1916 pour braver les mitrailleuses allemandes n'avaient même pas 21 ans.

Justin Trudeau a salué cette "génération de jeunes hommes perdus".

"Ils croyaient en quelque chose de plus grand qu'eux, ils croyaient à la paix, à la liberté. Et c'est grâce à leur sacrifice,

à des sacrifices comme les leurs, que les Canadiens vivent dans une société démocratique et fière", a lancé le premier ministre.

À l'époque, le nombre étourdissant de morts et de blessés avait secoué des familles à travers l'île de Terre-Neuve, alors un dominion britannique d'à peine 240 000 habitants.

La bataille de Beaumont-Hamel a été la plus sanglante de l'histoire canadienne, n'a pas manqué de mentionner M. Trudeau.

VOIR AUSSI:

Photos de la première guerre mondiale


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter