POLITIQUE

Transport collectif : le Canada a un bout de chemin à faire, reconnaît la ministre McKenna (VIDÉO)

28/06/2016 04:47 EDT | Actualisé 28/06/2016 04:47 EDT

OTTAWA – Le Canada devra se mettre au travail s’il veut rendre l’option du transport en commun « irrésistible », admet la ministre fédérale de l’Environnement Catherine McKenna.

« Nous n’avons pas un super système de transport collectif au Canada. Nous ne l’avons juste pas », a-t-elle reconnu lors d’une conférence organisée par l’organisation Canada2020 en compagnie de son homologue mexicain Rafael Pacchiano-Alamán.

Dans son premier budget, le gouvernement Trudeau a octroyé 3,4 milliards de dollars sur trois ans pour la première phase de son plan d’infrastructures afin de rénover et d’améliorer les réseaux de transport en commun.

Malgré les investissements promis, la ministre McKenna reconnaît qu’il y a encore beaucoup d’améliorations à faire afin de changer les habitudes des Canadiens – à commencer par l’accessibilité des services et un prix plus raisonnable.

« Je l’ai toujours dit : il faut rendre le transport en commun une option irrésistible. Si c’est trop difficile [d’accès], si c’est trop cher, les gens ne l’utiliseront pas. Ils resteront dans leur voiture. Alors, il faut des incitatifs pour que les gens utilisent le transport en commun et ça doit être facile pour eux. »

La ministre de l’Environnement, que l’on peut voir à vélo ou sur un canot dans sa circonscription d’Ottawa, a expliqué devant la foule qu’elle était une adepte de transport « actif ». Mais trop peu de gens prennent le temps d’aller au travail en vélo « parce qu’ils ne se sentent pas en sécurité ».

« Comme vous le savez tous, j’aime bien conduire mon vélo rouge autant que possible. Alors nous devons créer des opportunités pour permettre aux gens d’enfourcher leur vélo », a poursuivi McKenna.

À son avis, tous les paliers du gouvernement ont le devoir de s’investir afin de favoriser le transport collectif et les énergies vertes, une stratégie qui doit se refléter dans l’ensemble de l’Amérique du Nord, dit-elle.

« Je pense qu’on pourrait voir des véhicules électriques et les infrastructures appropriées [dans un futur rapproché] sur le continent. Alors si vous voyagez du Mexique, vous pourrez voyager jusqu’à Canada! » a-t-elle dit.

La ministre encourage tous les membres du Parlement à tenir des consultations avec leurs citoyens afin de trouver des solutions pour combattre les changements climatiques, jusqu’à la présentation du plan pancanadien qui sera présenté à l’automne.

Voyez l’échange complet entre la ministre de l’Environnement et du secrétaire mexicain de l’Environnement et des Ressources naturelles dans la vidéo ci-dessus. Le segment sur le transport en commun commence vers 33min30.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des sites naturels et culturels célèbres menacés par le réchauffement climatique