NOUVELLES

Iran: opération contre des chiens, symboles de «vulgaire culture occidentale»

28/06/2016 09:20 EDT | Actualisé 28/06/2016 09:20 EDT
Vahid Salemi/AP
In this Friday, Dec. 5, 2014 photo, Iranian volunteer Roya Ahmadi cleans dogs cages at the Vafa Animal Shelter in the city of Hashtgerd 43 miles (73 kilometers) west of the capital Tehran, Iran. Mans best friend is seen as anything but in Iran, where city workers gun down strays and conservatives view pet dogs as a corrupting Western influence. But in a rare animal shelter in the countryside west of Tehran, hundreds of lucky pups have found mercy, and a growing number of Iranians are learning to love them. (AP Photo/Vahid Salemi)

Des propriétaires de chiens d'une ville du centre de l'Iran sont en émoi à la suite d'une décision de confisquer leurs animaux pour lutter contre la "vulgaire culture occidentale", selon le quotidien Shahrvand et la Société de protection des animaux.

Des personnes munies d'un document des services vétérinaires "sont venues la semaine dernière à la maison et ont pris mon chien sous prétexte de le vacciner", a raconté au journal un de ces propriétaires de la ville de Shahin Shahr, dans la province d'Ispahan.

Mais quand le maître s'est présenté aux services vétérinaires de la ville, il n'y avait aucune trace de son chien.

Le journal ajoute que ces "saisies" de chiens sont en réalité le résultat d'une décision du procureur de la ville, Mohsen Boosaidi.

"Avoir un chien est +haram+ (contraire à la religion) selon l'avis des dignitaires religieux", avait affirmé la semaine dernière le procureur, cité par l'agence de presse Fars.

"Si nous découvrons des individus qui possèdent des chiens et les promènent, cela veut dire qu'ils propagent la vulgaire culture occidentale. Dès lors nous agirons contre eux avec fermeté", avait-il ajouté.

Les saisies de chiens ont commencé à Shahin Shahr trois jours après les déclarations du procureur, selon Shahrvand.

Le président de la Société de protection des animaux, Javid Al-e Davoud, a protesté contre cette opération "illégale", affirmant que les déclarations du procureur sont "totalement erronées".

"Posséder un chien n'est considéré comme +haram+ dans aucun livre religieux. Associer la possession de chiens avec la culture occidentale, c'est falsifier l'histoire de l'islam et la civilisation iranienne", a-t-il affirmé dans une lettre ouverte.

Bien que les chiens soient traditionnellement considérés comme "najes" (sales) ils ne sont pas "haram", a-t-il ajouté.

Promener un chien dans la rue ou en avoir un dans sa voiture est illégal en Iran. La police peut alors prendre l'animal et infliger une amende à son propriétaire, selon la loi.

Malgré cette interdiction, de plus en plus d'Iraniens possèdent des chiens et n'hésitent pas à les promener dans la rue.

Selon l'avis de différents dignitaires religieux, la possession d'un chien pour garder une maison, chasser, protéger d'autres animaux, chercher de la drogue, ou encore pour des raisons médicales, est autorisée.

Voir aussi:

10 chiens très expressifs

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter