NOUVELLES

Un homme sème la panique à Paris avec un fusil factice

24/06/2016 01:08 EDT | Actualisé 24/06/2016 01:08 EDT
Philippe Wojazer / Reuters
Police officers mourn at a memorial ceremony honouring the police couple, French police commander Jean-Baptiste Salvaing and his companion, administrative agent Jessica Schneider, in Versailles, near Paris, France, June 17, 2016. Salvaing and Schneider were killed Monday night by knife attacker Larossi Abballa at their home. REUTERS/Philippe Wojazer

Un homme, instable psychologiquement, a semé la panique mercredi soir à des terrasses de café en plein centre de Paris avec un fusil automatique factice, sept mois seulement après les attentats du 13 novembre qui visaient notamment des terrasses parisiennes.

L'homme, d'origine asiatique, a été interpellé dans la soirée de mercredi, a indiqué vendredi à l'AFP une source policière.

Placé en garde à vue, l'homme "n'a pas expliqué son geste", selon une source policière. Il a été conduit à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris pour un examen de comportement, a précisé une source judiciaire.

La police a été appelée peu avant 23H30 par des personnes signalant "un homme armé qui s'apprêtait à tirer sur une terrasse" de café de la place Thorigny, dans le centre de la capitale, a raconté cette source, confirmant une information du journal le Parisien.

Sur place, les policiers n'entendent pas de coups de feu mais "aperçoivent un individu tenant une arme longue de type fusil automatique", a-t-elle détaillé.

"Ils déclinent leur qualité et demandent à l'homme de poser son fusil à terre, ce qu'il fait, et il est immédiatement interpellé". Les policiers découvrent alors que l'arme est factice.

De nombreuses personnes étaient présentes sur cette petite place du quartier historique du Marais où se trouvent plusieurs cafés et restaurants.

"Certaines étaient traumatisées, notamment deux femmes enceintes particulièrement choquées qui ont été prises en charge par les pompiers. D'autres ont exprimé leur souhait de porter plainte", a expliqué la source policière.

Le 13 novembre, un commando de trois jihadiste a semé la mort aux terrasses de cafés et restaurants de l'est parisien, tuant 39 personnes à la kalachnikov, tandis que deux autres commandos attaquaient respectivement la salle de spectacle voisine du Bataclan et le Stade de France, en périphérie nord. En tout, 130 personnes ont été tuées dans ces attentats les plus meurtriers jamais commis en France.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter