NOUVELLES

Les camps d'été, entre casse-tête et coûts élevés

24/06/2016 09:03 EDT | Actualisé 24/06/2016 09:05 EDT
Alistair Berg via Getty Images
Children, aged 9-10, running together with a soccer ball in a park

Le début de l'été marque le début des séjours dans les camps de jour ou de vacances pour de nombreux jeunes. Pour certains parents, ces séjours s'accompagnent parfois d'une facture salée... s'ils arrivent à trouver une place.

Un texte de Mélanie Meloche-Holubowski

À Montréal, Mélissa Fontaine a trouvé un camp de jour qui coûtera 110 $ par semaine (incluant le service de garde) par enfant. « Je trouve que c'est assez cher, surtout qu'il faut payer l'entièreté dès l'inscription », dit-elle, en ajoutant qu'elle a tout de même profité d'un rabais en inscrivant ses deux enfants en mars. « Bien sûr, il y a les camps de la ville qui sont moins chers, mais les animateurs sont jeunes et souvent beaucoup moins expérimentés. »

Marc Thibault, de Saint-Stanislas-de-Kostka, essaie d'organiser ses semaines de vacances autour du congé estival de ses enfants pour ne pas défoncer son budget. « Je n'ai pas les moyens d'envoyer mes enfants au camp de jour [tout l'été]; c'est trop dispendieux et en plus, tous les jeudis, ils font une activité extérieure au coût de 20 $. »

L'année passée, plus de 200 000 jeunes Québécois ont fréquenté les camps de jour municipaux et 149 000 ont fréquenté d'autres types de camps privés ou publics, selon l'Observatoire québécois du loisir de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

« Mais, avec le baby-boom des dernières années, on croit que ce chiffre est beaucoup plus élevé que 40 % des jeunes du Québec », précise Chloé Melançon-Beauséjour, coordonnatrice des communications et du marketing pour l'Association des camps certifiés du Québec (ACQ).

Difficile d'avoir une place

De plus, les parents doivent souvent se précipiter pour obtenir les meilleures places, au meilleur prix. À Vaudreuil-Dorion, Pascale Lévesque a dû plaider auprès de la direction du camp de jour municipal pour l'inciter à ajouter des places. Le camp affichait complet quelques heures seulement après le début des inscriptions. « C'est pire que d'essayer d'avoir des billets pour U2, dit-elle. Sinon, j'aurais été obligée d'aller plus loin et ça m'aurait coûté encore plus cher. »

Elle déplore aussi le fait que plusieurs camps de jour aient un horaire de 9 h à 15 h ou, au plus, 16 h. De plus, ils chargent des frais supplémentaires pour le service de garde qui, dans le cas de son fils, coûtera 200 $ pour l'été, presque autant que le coût du camp (375 $).

«Tous les parents qui travaillent n'ont carrément pas le choix de payer plus pour avoir le service de garde.»

- Pascale Lévesque, mère de deux enfants

Pour Denis Bachmann, le camp de jour pour ses deux filles à Laval coûtera 1600 $ pour huit semaines. « C'est un peu mieux que l'année dernière. Je m'étais pris trop tard et je n'avais plus beaucoup de choix. »

Des tarifs selon les activités

Certains camps de vacances offrent des activités nautiques, comme le canot.

« Certains camps peuvent être plus chers que la moyenne parce que leurs installations et leurs équipements sont plus coûteux, et cela se répercute sur les prix du camp, explique Mme Melançon-Beauséjour. Par exemple, il coûte plus cher d'opérer un camp d'équitation ou de science qu'un camp de jour régulier. C'est moins cher d'acheter des ballons et des cônes. »

Selon Mme Melançon-Beauséjour, en camp de jour certifié, il faut compter entre 100 et 200 $ en moyenne par semaine par enfant. Les prix sont généralement plus bas pour les camps de jour municipaux.

Quelques exemples de coûts de camps de jour municipaux :

• Québec : 216 $ pour l'été (sans compter les frais de service de garde et les sorties)

• Saguenay : 35 $ par semaine (sans compter les frais de service de garde et les sorties)

• Vaudreuil-Dorion : 375 $ pour l'été et 200 $ en frais de service de garde pour l'été

• Longueuil : 25 $ par semaine (sans compter les frais de service de garde et les sorties)

• Laval : 85 $ par semaine (sans compter les frais de service de garde et les sorties)

• Brossard : 145 $ par semaine (sans compter les frais de service de garde et les sorties)

Pour les camps de vacances certifiés, il faut compter entre 350 et 500 $ en moyenne pour un séjour d'une semaine. Certains camps spécialisés facturent parfois plus de 1000 $ par semaine.

Des prix plutôt stables

Les frais n'ont toutefois pas beaucoup augmenté au cours des dernières années, précise le directeur de l'ACQ, Eric Beauchemin. Mme Melançon-Beauséjour ajoute que le milieu des camps d'été est fragile et qu'« on ne s'enrichit pas avec un camp de vacances ».

« Les employés sont saisonniers et n'ont pas de gros salaires. Les directeurs des camps ne veulent pas augmenter le coût parce qu'ils craignent de perdre leur clientèle. » D'ailleurs, les camps ont subi une diminution du nombre d'inscriptions il y a quelques années, en raison de la situation économique plus difficile.

Eric Beauchemin, le directeur de l'ACQ, rappelle qu'il existe des crédits d'impôt et qu'un peu plus de 80 camps certifiés offrent une aide financière en fonction du salaire des parents. D'autres camps offrent des rabais pour les deuxième et troisième enfants.

Des enfants jouent dans un camp d'été.

Un « investissement » dans le développement des enfants

Oui, les frais d'inscription peuvent sembler parfois exorbitants, mais un séjour en camp peut marquer positivement le développement de l'enfant, souligne Mme Melançon-Beauséjour.

Une étude de l'Université Waterloo démontre d'ailleurs que les jeunes qui fréquentent un camp de jour améliorent plusieurs aspects de leur comportement; cela peut leur apporter une meilleure estime de soi, par exemple.

INOLTRE SU HUFFPOST

8 camps de vacances qui feront le bonheur de vos enfants