NOUVELLES

Colombie: l'ONU va déployer 400 observateurs pour le désarmement et la paix

24/06/2016 12:50 EDT | Actualisé 24/06/2016 12:50 EDT

Le gouvernement colombien a estimé vendredi qu'environ 400 observateurs internationaux seraient déployés par l'ONU pour contrôler le désarmement des Farc dans les zones de concentration des guérilleros, après la signature de l'accord de paix définitif.

"Nous estimons que la taille de la mission (de l'ONU) sera de plus ou moins 400-450 personnes, des observateurs internationaux", a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Maria Angela Holguin, à la radio Caracol.

La cheffe de la diplomatie colombienne a précisé que la signature la veille de l'accord de cessez-le-feu et de désarmement de la guérilla par le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie "était ce dont les Nations unies avaient besoin" pour finaliser les détails de cette mission de contrôle.

Etant établi que les guérilleros seront, après la signature de la paix, concentrés dans 23 zones où ils remettront progressivement leurs armes à ces observateurs, l'ONU va pouvoir commencer dans "très peu de jours" ses opérations sur le terrain.

A propos des coûts de la mission et de maintenance des zones de concentration des Farc, Mme Holguin a ajouté que "normalement, les missions des Nations unies sont prises en charge par les Nations unies".

"Dans ce cas, nous nous engageons là où vont opérer les Nations unies, aussi bien au niveau local comme actuellement que pour les zones (...) le reste est assuré par les Nations unies", a-t-elle précisé, ajoutant que le gouvernement était "encore en train de finaliser cet accord" avec l'ONU, à propos notamment de la prise en charge financière des guérilleros pendant leur concentration.

Mme Holguin a assuré que la signature de l'accord de paix définitif était "très, très proche" et que maintenant le plus important était d'établir "comment va se faire cette réintégration (des guérilleros) sur les plans politique, social, économique, en totale transparence".

Le gouvernement, a-t-elle ajouté, espère "dans les premiers jours de juillet" une décision de la Cour constitutionnelle sur le plébiscite voulu par le président Juan Manuel Santos comme mécanisme d'approbation populaire de l'ensemble des accords négociés avec les Farc depuis le début des pourparlers de paix en novembre 2012.

La Colombie est meurtrie par plus d'un demi-siècle de conflit armé, qui a fait à ce jour environ 260 000 morts, 45 000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

VOIR AUSSI:

La Colombie au-delà des clichés


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter