BIEN-ÊTRE

Et si on laissait les enfants jouer dehors?

21/06/2016 08:53 EDT | Actualisé 21/06/2016 08:57 EDT
Alistair Berg via Getty Images
Children, aged 9-10, running together in a park

Pour protéger leurs enfants des dangers extérieurs, certains parents sont tentés de garder leurs enfants à l'intérieur. De nombreuses études l'ont pourtant confirmé : c'est à l'extérieur que l'enfant va le plus se développer en explorant et en jouant avec ses amis.

D'après un reportage d'Emilie Jacob

Marie-Andrée Bénard est mère de trois enfants, Jeanne, Maxence et Éloi, âgés de 4 à 9 ans. Quand ils jouent dehors sur le trottoir, elle garde l'œil bien ouvert.

«Ils sont petits encore, je ne sais pas si je peux leur faire confiance à traverser la rue seuls», dit la mère qui habite l'arrondissement Verdun, à Montréal.

Pourtant, à leur âge, Marie-Andrée, qui a grandi dans le quartier Cartierville, avait bien plus de latitude. «Dans mes souvenirs, j'ai l'impression qu'à 6 ans j'allais moi-même à bicyclette au parc toute seule», reconnaît-elle.

La réalité d'aujourd'hui, c'est que les enfants vont beaucoup moins à l'extérieur, et ce serait en partie dû aux craintes des parents. Ils bougent donc moins qu'avant. Le jeu actif a diminué de 40 % en 30 ans alors que l'obésité a triplé, affirme l'ergothérapeute Francine Ferland, professeure à l'Université de Montréal et auteure du livre Viens jouer dehors.

Peu importe le style de jeu, le risque zéro n'existe pas. Mais la probabilité qu'un enfant se fasse enlever par un inconnu, par exemple, est seulement de 1 sur 14 millions, selon la Gendarmerie royale du Canada.

Comme passagers d'un véhicule motorisé, les enfants canadiens ont huit fois plus de risque de mourir que lorsqu'ils sont à pied ou à vélo. On constate aussi que les enfants marchent de moins en moins, entre autres en raison des peurs des parents.

«Selon Kino-Québec, en trois décennies, le nombre d'enfants canadiens qui se rendent à l'école à pied est passé de 80 % à 9 %», illustre la professeure Ferland.

De nouveaux dangers

Jouer dehors entre aussi en compétition avec jouer devant son écran. En limitant le jeu extérieur par mesure de sécurité, on peut exposer les enfants à d'autres dangers.

Dans un document de 2015 intitulé Garder les enfants à l'intérieur : un plus grand risque, l'organisme ParticipACTION se penche une première fois sur l'activité des enfants. Le rapport annuel relève que le fait de garder les enfants à l'intérieur les mettait plus à risque de développer des maladies chroniques ou même d'être victimes de harcèlement.

Devant leurs écrans, les enfants sont en effet plus susceptibles d'être exposés à des cyberprédateurs et à de la violence, mais aussi à manger des collations malsaines.

VOIR AUSSI :

Des activités extérieures pour jeunes enfants

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter