POLITIQUE

Rêver le métro : L'extension de la ligne verte de métro vers l'ouest de Montréal, la nécessité oubliée

20/06/2016 11:40 EDT | Actualisé 13/10/2016 10:45 EDT

» Ce texte a été publié dans le cadre de «Rêver le métro», une vaste analyse de données qui s'est penchée sur la question du prolongement des lignes de métro à Montréal. Pour consulter le dossier au complet, cliquez ici.

Prolonger la ligne verte vers l’ouest. Certains trouvent l’idée farfelue, d’autres parlent plutôt d’une nécessité. Chose certaine, le secteur Lachine-Lasalle n’a jamais été choyé en infrastructures lourdes de transport collectif. Et pourtant, les usagers potentiels du métro dans cette région de la ville sont presque aussi nombreux que ceux du futur tronçon de la ligne bleue, révèlent nos données. État des lieux.

Au grand regret du maire de Lachine, Claude Dauphin, les 24 stations du réseau électrique métropolitain (REM) annoncé en avril par la Caisse de dépôt et placement du Québec n’aideront en rien la mobilité des résidents de son arrondissement. Le tracé de 67 km qui part de la rive-sud de Montréal se rend plutôt au nord de l’île avant d’aller vers l’ouest.

carte slr montréal

«Vu que le REM ne nous donnera rien du tout [à moins que le tracé soit revu], le plus beau des scénarios serait le prolongement de la ligne verte, qui pourrait éventuellement avoir une station intermodale avec le réseau de train électrique», fait valoir M. Dauphin, qui a été président de la Société de transport de Montréal (STM) de 2001 à 2005.

Contrairement à l’extension de la ligne bleue, le prolongement de la ligne verte semble bien loin dans l’ordre du jour politique. Dans une entrevue récente accordée au HuffPost Québec, l’actuel président de la STM Philippe Schnobb était clair à ce sujet: «Il faut prioriser la ligne bleue, l’est de l’île a ses besoin. Mais on parle beaucoup [d’éventuellement prolonger] la ligne orange et la ligne jaune». Bien au fait de cette réalité, le maire Dauphin se dit tout de même en droit d’être optimiste. « En regardant les données que vous me partagez, on voit qu’autant de personnes bénéficieraient d’une ligne verte prolongée [que d’une ligne bleue]. Dans ce cas c’est justifié pour nous aussi d’avoir de bonnes infrastructures de transport», avance-t-il, ajoutant du même souffle que la région devrait connaître une forte croissance démographique, soit plus de 10 000 nouveaux habitants d’ici 10 ans.

Ce que nos données révèlent...

Selon nos calculs qui ne prennent en compte que le secteur Lasalle-Lachine, environ 40 000 personnes sont susceptibles de devenir des usagers de la ligne verte si elle se prolonge, et, de ce nombre, 66% se déplacent actuellement en voiture. Ces données sont presque identiques à celles de la ligne bleue, tant pour le nombre d’usagers que pour le nombre d’autos susceptibles de disparaître du trafic matinal.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

L’emplacement des stations fictives imaginées par le HuffPost Québec se base sur un ensemble de réflexions: desservir le plus grand bassin de population et assurer une proximité avec les principaux axes routiers ainsi que l’accès à la gare de train Lasalle. Le terminus, au coin des rues Provost et de la 32e avenue, se situe tout près de l’autoroute 20 et à 6,5 km de l’aéroport de Montréal, donc un lien facile par autobus pourrait être établi entre ces deux lieux. À New York, l’aéroport LaGuardia est à 5 km de la station de métro la plus proche, et c’est un autobus express qui fait la navette entre les deux lieux.

LIRE AUSSI: Tous les détails de notre méthodologie

Cliquez sur le graphique pour l'affiche en pleine taille.

Tout est bon… sauf les autobus

Le métro est aux yeux du maire de Lachine la «Lexus des moyens de transport en commun». Surtout, un nouveau tronçon de la ligne verte aiderait à mettre fin aux «plaintes quotidiennes» des citoyens à l’égard des réseaux d’autobus du secteur, toujours pris dans le trafic, fait valoir Claude Dauphin.

Le métro n’est pas la seule solution possible pour Lachine/Lasalle. Depuis des années, les élus du secteur font valoir l’idée d’un tram-train connecté aux actuelles voies ferroviaires. Il assurerait, selon le plus récent projet-pilote, un lien Lachine/Centre-ville

en 30 minutes. Notons qu’une ligne verte prolongée prendrait environ le même temps de transit.

Pour Craig Sauvé, porte-parole en matière de transport à l’opposition officielle de la Ville de Montréal, il ne fait aucun doute que ce secteur est mal desservi en transport en commun. «Mais je me demande si le métro est la meilleure option, le tram-train est intéressant, ou un tramway, ou peut-être un service rapide par bus le long de l’autoroute 20… Ce qui est certain, c’est qu’il faut un mode efficace, et à haute fréquence», souligne l’élu de Projet Montréal.

Un peu de vision, SVP!

En 1988, le Bureau de transport métropolitain (organisme qui étudiait les prolongements de métro, entre autres) avait étudié la possibilité d’un métro de surface pour lier la station Angrignon aux arrondissements de Lasalle et de Lachine. «Depuis il n’y a plus eu de réflexion très concrète pour ce secteur, c’est créatif que vous ayez identifié ce tracé», dit François Pépin, président de Transport 2000 et ancien employé de la section de planification des transports de la STM.

En planification des transports, il faut être créatif et surtout débattre d’idées, fait valoir M. Pépin, qui espère qu’une discussion publique accompagnera la présentation de ces données. «Il est temps que nous ayons une vision claire des priorités en transport en commun à Montréal», ajoute-t-il.

«Suggérer un tel tracé de métro n’est pas farfelu. Mais il faudrait faire des études préliminaires pour voir si ça vaut la peine», concède Paul Lewis, doyen de la Faculté d’aménagement de l’Université de Montréal. Celui qui suit l’évolution du transport à Montréal depuis plusieurs décennies rappelle que le manque de cohésion entre les différents organismes responsables de la planification du territoire fait en sorte qu’un projet comme celui de la ligne verte n’est pas dans les cartons. «Plein de projets qui méritent d’être étudiés ne font même pas l’objet de discussions, comme le prolongement de la ligne verte ou encore celui de la ligne jaune au centre-ville», déplore-t-il.

À LIRE AUSSI DANS LE DOSSIER «RÊVER LE MÉTRO»:

» Un grand projet du Huffington Post Québec

» Le prolongement de la ligne bleue, une priorité purement politique?

» Prolonger la ligne orange est le choix logique

» Prolonger la ligne jaune, ou la réalité de l’étalement urbain

» Qu'ossa donne, le SLR?

» Comment l'enquête a été réalisée

» Neuf plans d'extension qui n'ont jamais vu le jour

» L'histoire du métro en 12 dates : du succès à l'immobilisme

INOLTRE SU HUFFPOST

50e anniversaire du métro de Montréal : photos d'archives