NOUVELLES

Une entente survient sur la bonification du RPC après 11 heures

20/06/2016 05:36 EDT | Actualisé 20/06/2016 08:42 EDT
Adrian Wyld/CP

La plupart des ministres des Finances du Canada ont conclu une entente de principe sur la réforme du Régime de pensions du Canada (RPC), lundi. Deux provinces, le Québec et le Manitoba n'ont toutefois pas accepté l'entente.

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a salué la conclusion de l'entente, parlant même de "journée historique".

En conférence de presse, M. Mornau a indiqué que le changement "sera très graduel". Selon lui, le futur RPC sera "mieux pour les petites et moyennes entreprises et mieux pour les employés qui vont pouvoir comprendre comment faire (pour en bénéficier)".

Toute modification au RPC devait obtenir l'aval de sept provinces représentant les deux tiers de la population canadienne, ce qui procurait de facto à l'Ontario un droit de veto mathématique. Le Québec, qui s'est exclu du RPC dans les années 1960 pour créer son propre Régime de rentes, avait quand même son mot à dire dans cette réforme, qui n'entrera pas en vigueur avant trois ans.

Même s'il a finalement refusé d'entériner l'entente, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a refusé de quitter Vancouver en claquant la porte. Au contraire, après avoir rappelé que le Québec avait déjà mis en place sa propre Régie des rentes pour administrer son régime public des pensions, il s'est réjoui de voir le gouvernement fédéral aller de l'avant avec une réforme du système.

M. Leitao a déclaré que même si la solution québécoise au problème des pensions était "différente", ses collègues et lui "partageaient les mêmes idéaux".

VOIR AUSSI:

Les régimes de retraite en bref


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter