NOUVELLES

Couillard menacé par un manifestant, Esteban Torres, lors d'une veillée à la mémoire des victimes d'Orlando (VIDÉO/PHOTOS)

16/06/2016 08:38 EDT | Actualisé 17/06/2016 06:05 EDT

La veillée aux chandelles pour rendre hommage aux victimes de la fusillade d'Orlando a été perturbée par un militant trans, Esteban Torres, qui s'en est pris physiquement à Philippe Couillard après avoir crié: « Revolución ». Il aurait lancé un objet vers M. Couillard.

Le premier ministre du Québec, qui s'en est sorti indemne, et la ministre fédérale Mélanie Joly ont été évacués d'urgence, et l'activiste a été maîtrisé par les policiers, puis arrêté.

Esteban Torres, connu de la communauté LGBT montréalaise pour son implication au sein du Pink Bloc, avait pris la parole plus tôt en soirée.

L'enquête a été confiée à l'unité des crimes majeurs. Le porte-parole de la Sûreté du Québec, Claude Denis, a affirmé qu'il était encore trop tôt pour déterminer les motifs de l'agression ou« la nature des chefs d'accusation auxquels le suspect pourrait faire face ».

Philippe Couillard attaqué par un manifestant


La soirée s'était déroulée dans un calme relatif, bien que les politiciens présents ont été hués à plusieurs reprises durant les discours.

Qu'est-ce que le Pink Bloc?

Le Pink Bloc est un mouvement féministe et queer qui dénonce le capitalisme et l'oppression du patriarcat. Le terme « Pink Bloc » désigne aussi une tactique de manifestation propre à ce regroupement, qui se veut à la fois festive et offensive. Tous vêtus de rose, les manifestants aborde une attitude irrévérencieuse, usant d'humour afin de faire passer leur message.

Le président de Fierté Montréal, Éric Pineault, a condamné l'action du militant et a déploré le geste.

«Je pense que ce n'est pas par des gestes comme ça qu'on fait avancer la cause, on la fait plus reculer.» - Éric Pineault, président de Fierté Montréal

Des personnalités publiques ont dénoncé ce geste sur les médias sociaux. « Tout geste d'intolérance et violent est inadmissible », a écrit le maire de Montréal, Denis Coderre, sur Twitter. « Inadmissible de s'en prendre physiquement à notre premier ministre », a tweeté pour sa part le candidat à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier.

L'événement, organisé par Fierté Montréal et le collectif Carré rose, voulait dénoncer « l'homophobie, le racisme et le sexisme », en plus d'honorer la mémoire des victimes de la tragédie. La veillée s'est tenue au parc de l'Espoir, au coeur du Village gai de Montréal.

Philippe Couillard, la consule générale des États-Unis à Montréal, Nina Maria Fite, Denis Coderre, la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, et la députée de Québec solidaire Manon Massé ont notamment pris la parole.

«Un des gestes que j’ai posés hier, c’est de m’assurer [...] que Gai Écoute puisse avoir un service 24 heures sur 24.» - Denis Coderre, maire de Montréal

Les ministres provinciales Christine St-Pierre et Stéphanie Vallée étaient également présentes au rassemblement.

D'autres représentants de groupes communautaires ont aussi livré un discours, parfois en français, parfois en espagnol.

La foule était importante au rassemblement. Environ 1600 personnes avaient signifié sur Facebook qu'elles y seraient. Avant que la soirée ne se termine abruptement, le nom des victimes a été lu et un moment de recueillement a été observé.

Fierté Montréal a également organisé, en collaboration avec l'organisme LGBT in the City et Mathieu Guy, des Productions M's, un spectacle-bénéfice au théâtre Le National. L'argent recueilli sera remis par Fierté Montréal aux familles des victimes les sont plus démunies.

D'autres événements ont été organisés à Montréal en mémoire des victimes plus tôt cette semaine. La chanteuse Ariane Moffatt, par exemple, a invité la communauté québécoise LGBT (lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre) mercredi à son concert aux FrancoFolies de Montréal.

Des rassemblements se sont également déroulés à Québec et à Sherbrooke.

La tuerie qui a eu lieu dans la discothèque gaie Pulse à Orlando, en Floride, a fait 50 morts, dont le tueur, et 53 blessés.

VOIR AUSSI:

Tuerie d'Orlando: les hommages aux victimes

LIRE AUSSI:

» Carnage à Orlando

» Orlando: «Maman, je t'aime, je vais mourir»

» Qui est Omar Mateen?

» Orlando: la réaction de Trump fait polémique

» Les témoignages glaçants des rescapés de la fusillade

» Les 10 fusillades les plus mortelles aux États-Unis