POLITIQUE

Un rapport sur les CHSLD réclame des soins d'hygiène personnalisés

09/06/2016 04:54 EDT | Actualisé 09/06/2016 05:22 EDT
Radio-Canada.ca

Un rapport sur les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) réclame des soins d'hygiène supplémentaires plus personnalisés et déplore le "travail à la chaîne" du personnel.

Des députés du Parti libéral (PLQ), du Parti québécois (PQ) et de la Coalition avenir Québec (CAQ) ont effectué une mission d'observation dans six CHSLD pour accoucher de ce document commun contenant une vingtaine de recommandations.

Le rapport est rendu public dans la foulée d'une controverse sur un résidant de CHSLD qui a eu recours à du sociofinancement pour se payer des douches supplémentaires.

Le mandat d'initiative avait été confié aux députés en 2013, mais ce n'est que trois ans après qu'ils font connaître le fruit de leurs travaux, après que le député péquiste de Richelieu, Sylvain Rochon, a demandé de relancer le mandat.

"Les soins d'hygiène corporelle doivent tenir compte des besoins exprimés par la personne", peut-on lire dans le rapport, qui recommande donc d'être plus attentif aux requêtes des patients et non seulement aux normes.

"Oui, il y a des besoins qui sont exprimés, a constaté le député caquiste François Paradis, un des élus qui a réalisé le mandat d'initiative, au cours d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale. Il faut que cela soit collé (sic) sur les besoins exprimés."

Les députés demandent aussi que les établissements évaluent "rigoureusement et régulièrement" les besoins de soins d'hygiène des personnes hébergées et offrent des soins adaptés, en plus de procéder à un "examen urgent et minutieux" de l'équipement supplémentaire requis pour répondre aux besoins des résidants en matière d'hygiène corporelle.

En outre, les députés ont aussi constaté la surcharge du personnel. Ils ont rencontré beaucoup de travailleuses qui "regrettaient de ne pas pouvoir passer plus de temps avec les résidants et qui avaient le fâcheux sentiment de se livrer à du travail à la chaîne", a résumé M. Rochon.

La clientèle de plus en plus lourde et de plus en plus âgée requiert aussi plus de soins, donc plus de temps pour les préposés aux bénéficiaires.

Le rapport recommande au ministère de la Santé "d'examiner la possibilité d'établir des ratios minimums de personnel à respecter dans tous les centres d'hébergement".

Il demande au ministère de "mettre à jour les normes concernant les ratios de personnel afin d'assurer une prestation adéquate de soins et de services aux personnes hébergées, selon leurs besoins individuels".

Du même souffle, la représentante du PLQ, la députée de Crémazie, Marie Montpetit, dit avoir été "agréablement surprise" par ce qu'elle a vu dans les CHSLD. Elle a affirmé que les soins sont de qualité, "absolument", mais que "tout n'est pas parfait".

"Ce mandat d'initiative, il ne se serait pas tenu si des failles n'avaient pas été identifiées, a toutefois reconnu M. Rochon. On ne se cachera pas la tête dans le sable: elles ont largement défrayé la manchette, ces failles-là."

Par ailleurs, d'autres recommandations ont été formulées notamment sur la formation, la revalorisation des professions exercées en CHSLD, l'importance des repas chauds, la stabilité des équipes soignantes ou encore l'élimination des mesures de contention.

Les députés s'attendent à ce que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, donne suite aux recommandations. Le rapport est "assez liant", puisque même une députée du gouvernement a participé à l'exercice, a fait remarquer M. Rochon.

VOIR AUSSI:


De jeunes bébés aux airs de personnes âgées


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter