BIEN-ÊTRE

Combien d'heures travaillent les milléniaux par semaine?

08/06/2016 01:29 EDT | Actualisé 08/06/2016 01:29 EDT
Jack Hollingsworth via Getty Images
Businessman working at computer

Vous avez sans doute déjà entendu des stéréotypes au sujet des milléniaux (génération Y) : ils sont paresseux, ils n’ont pas de but dans la vie ou encore ils ne veulent pas réussir.

Manpower, une compagnie de Milwaukee, aux États-Unis, a publié une étude la semaine dernière qui prouve que ce groupe de travailleurs n’a rien de paresseux.

Un premier fait est que les milléniaux travaillent plus d’heures par semaine que ce qu’ils devraient. 73 % des répondants à l’étude disent travailler plus de 40 heures par semaine et un quart de ce nombre disent travailler plus de 50 heures.

milleniaux

Les jeunes travailleurs grecques, par exemple, ont longtemps été identifiés comme paresseux. Cette idée ne tient pas lorsqu’on découvre que ceux-ci travaillent en moyenne 47 heures par semaine, tout comme les Suisses.

Du côté des milléniaux français, dont le pays est reconnu pour sa balance entre la vie privée et le travail, ils travaillent 44 heures par semaine.

Ces pays surpassent l'Espagne (43 heures), le Canada (42 heures), le Royaume-Uni et l’Australie (41 heures).

Mais les milléniaux ne sont pas seulement capables de travailler plus d’heures par semaine. La moitié des répondants ont l’intention de travailler jusqu’à 65 ans ou plus, afin de pouvoir toucher leur Pension de la Sécurité de vieillesse (PSV) au Canada. 12 % d’entre eux pensent travailler jusqu’à leur mort.

Au Japon, par exemple, 37 % des milléniaux pensent travailler jusqu’à la fin de leurs jours, comparativement à 18 % en Chine, 15 % en Grèce et 14 % au Canada.

Manpower a interrogé 19 000 milléniaux dans 25 pays et leur a demandé ce qu’ils recherchent comme emploi, quels types d’opportunités les feraient rester à leur poste, etc.

L’étude montre que la génération Y représentera 1/3 des travailleurs dans le monde en 2020.

Comprendre les milléniaux a un prix

Cette situation démographique, plusieurs employeurs ne la comprennent pas. Certains vont même jusqu’à payer des consultants pour la comprendre.

Des compagnies comme Oracle, Coca-Cola and Goldman Sachs payent des consultants jusqu’à 20 000 $ de l’heure pour évaluer comment les gestionnaires peuvent comprendre les jeunes employés, a rapporté The Wall Street Journal au début du mois.

D’autres firmes dépenses entre 60 et 70 millions $ par année pour comprendre les milléniaux.

Conseils d’experts

Une experte en la matière, Lisa McLeod, demande 25 000 $ pour donner une conférence sur la génération Y, et 5 000 $ additionnels pour la regarder parler avec sa fille de 23 ans.

Ils donnent des conseils au sujet de la nourriture au bureau, des activités de motivation, des sorties…

En d’autres mots, les milléniaux ne sont pas paresseux. Ils veulent simplement une direction différente de celle à laquelle les compagnies sont habituées.

À voir également:

  • Getty
    Il y a quelques années, convoler en justes noces équivalait à se soumettre à un rituel convenu et ennuyeux. Or, les mariages en blanc sont de plus en plus délaissés au profit de cérémonies hautes en couleurs et humoristiques inspirées d’un film ou d’une série télévisée. Les jeunes tourtereaux tirent profit de leur mariage de manière beaucoup plus stratégique qu’auparavant, en privilégiant l’argent sonnant et les chèques-cadeaux au détriment des cadeaux traditionnels. Ils espèrent ainsi rembourser leurs dettes et mettre des sous de côté pour réaliser un projet futur.
  • Getty
    Fonder une famille n’équivaut plus nécessairement à concevoir ou adopter un bébé. Pour toutes sortes de raisons, de plus en plus de couples choisissent de ne pas avoir d’enfant ou de remettre cet objectif à plus tard. La pression de mettre un petit pain au four n’est plus aussi forte qu’avant ! Comme le démontre une étude récente, de nombreux jeunes couples souhaitent procréer mais n’ont pas encore établi de plan à cet effet.
  • Getty
    Selon une étude publiée en 2014 à l’Université Bentley, la Génération Y établit un lien direct entre l’entrepreneuriat et la satisfaction au travail. Le succès professionnel se mesure aujourd’hui en termes de flexibilité et de capacité à innover. De plus en plus de gens renoncent à la routine du 9 à 5 pour se tourner vers le travail autonome, qu’ils considèrent plus attrayant malgré ses nombreux défis.
  • Getty
    Le parcours traditionnel d’un étudiant se résume à fréquenter l’école secondaire, le cégep puis l’université pour ensuite se tailler une place sur le marché du travail. Mais ce parcours est de plus en plus ponctué de séjours en dehors du pays. Une étude récente de LinkedIn révèle que les Canadiens s’expatrient davantage à New York, San Francisco et Paris que dans toute autre ville. Qu’il prenne la forme d’un stage ou d’un emploi de longue durée, le travail à l’étranger permet d’acquérir de nouvelles compétences, de maîtriser une autre langue et de gagner en maturité. La personne qui s’en prévaut possède un avantage sur les autres chercheurs d’emploi à son retour.
  • Getty
    La situation de l’économie rend l’achat d’une maison de plus en plus difficile, que celle-ci soit entourée d’une petite clôture blanche ou non. Le recensement effectué en 2014 aux États-Unis fait état d’une chute dramatique du taux d’accès à la propriété chez les jeunes adultes. Bon nombre d’entre eux caressent toujours le rêve de posséder leur propre logement, mais préfèrent pour l’instant la flexibilité et les plus grandes liquidités qu’offre la location d’un appartement.
  • Getty
    Rivaliser avec ses voisins est un comportement dépassé. L’accumulation de biens matériels et la consommation à outrance font graduellement place à un mode de vie plus frugal. Un nombre croissant de jeunes adultes refusent d’être définis en fonction de leurs possessions et considèrent que la simplicité volontaire offre plus de liberté.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter