POLITIQUE

Daoust à Dutton : «Je ne veux rien savoir de Rona»

03/06/2016 01:38 EDT | Actualisé 03/06/2016 02:06 EDT

QUÉBEC – Une nouvelle tuile s’abat sur le ministre Jacques Daoust. L’ex-PDG de Rona affirme que celui qui était alors président d’Investissement Québec n’avait aucune envie de sauver le quincaillier québécois.

Robert Dutton a fait ces confidences vendredi au micro de Benoit Dutrizac, sur les ondes du 98,5FM.

En 2012, Robert Dutton était en discussion avec Jacques Daoust pour qu’Investissement Québec (IQ) achète pour 100 millions$ d’actions de Rona, afin de protéger l’entreprise d’une prise de contrôle par des intérêts étrangers.

«Je ne veux rien savoir de Rona, moi, je vais perdre ma job», lui aurait lancé Jacques Daoust en août 2012 lors d’une rencontre chez IQ. Le gouvernement Charest venait de plonger le Québec en élections et ce sera finalement sous Pauline Marois qu’IQ prendra une participation dans Rona.

Jacques Daoust aurait ajouté : «Tout ce qui m’intéresse, c’est d’avoir un vignoble, pis t’es mieux de me donner un bon prix. Parce que je vais faire des grosses rénovations pis je vais avoir des bons prix sur mon vignoble».

C’est finalement un autre actionnaire de Rona, la Caisse de dépôts et placement du Québec, qui aurait forcé Robert Dutton à démissionner.

Jacques Daoust nage en eaux troubles depuis que la vérificatrice générale a affirmé jeudi, procès-verbal à l’appui, qu’il aurait donné son accord pour la vente des actions de Rona par IQ, alors qu’il était ministre de l’Économie. Pourtant, le ministre avait déclaré aux journalistes à la même période ne pas avoir été mis au courant de la vente.

Le ministre Daoust maintient aujourd’hui qu’il n’a jamais donné son accord et affirme que le procès-verbal est erroné.

Au cours de l’entrevue, Robert Dutton s’est également désolé de voir Rona passer à des mains étrangères. Selon lui, les fournisseurs québécois du quincaillier souffriront de la transaction. «Qu’on ne me fasse pas croire l’histoire que Lowe’s va respecter les fournisseurs, arrêtons de prendre les gens pour des idiots», a-t-il lancé sur les ondes du 98,5FM.

«Il va y avoir un gros impact en région», prédit-il.

Pour entendre l’entrevue complète, cliquez ici.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations politiques de l'année 2016