POLITIQUE

Le BQ presse Ottawa à s'engager auprès des aînés les plus vulnérables

28/05/2016 01:08 EDT | Actualisé 28/05/2016 01:10 EDT
Zhenikeyev via Getty Images
Hand of woman touching senior man in clinic

REPENTIGNY, Qc - Le Bloc québécois demande au gouvernement Trudeau de passer de la parole aux actes afin que les aînés les plus vulnérables puissent accéder automatiquement au Supplément de revenu garanti (SRG) au moment de faire leur déclaration de revenu.

La whip du Bloc Monique Pauzé compte bien rafraîchir la mémoire au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, qui, selon elle, aurait affirmé vendredi que l'inscription au SRG deviendrait automatique à partir de 2018 pour les 65 ans et plus.

Elle compte revenir à la charge dès la reprise des travaux parlementaires la semaine prochaine, à Ottawa, afin que cette affirmation du ministre devienne un engagement clair avant la fin des travaux aux Communes le 23 juin, pour la pause estivale.

Il s'agit d'un dossier que le Bloc québécois pilote depuis plus 15 ans. La formation réclame depuis 2001 l'inscription automatique au SRG pour les 65 ans et plus, sur la base de leur déclaration de revenus. Différents députés bloquistes ont présenté des projets de loi à cet effet, dont le regretté Raymond Gravel, mais tous ont été confronté à des refus systématiques des précédents gouvernements conservateurs et libéraux au nom de la protection des renseignements personnels des contribuables.

Mme Pauzé y voit plutôt un prétexte pour ne pas aller de l'avant avec une mesure qui est pourtant simple à instaurer entre l'Agence de revenu du Canada (ARC) et le ministère concerné, selon elle.

Des données commandées par le Bloc québécois auprès de Statistique Canada démontrent que le gouvernement fédéral fait des économies sur le dos de 445 000 retraités, dont près de 13 000 au Québec, qui ne reçoivent pas le Supplément de revenu garanti (SRG) auquel ils ont droit parce qu'ils n'ont pas rempli le formulaire approprié.

Monique Pauzé souligne qu'il s'agit bien souvent de gens seuls et vulnérables qui ne savent pas qu'ils ont droit à ce supplément de revenu ou comment en faire la demande. L'inscription automatique au programme serait simple et plus équitable, selon la députée de Repentigny.

VOIR AUSSI :

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter