NOUVELLES

Turquie: le journaliste Can Dündar visé par des tirs devant le tribunal où il est jugé

06/05/2016 12:03 EDT | Actualisé 07/05/2017 05:12 EDT
BULENT KILIC via Getty Images
Turkish daily Cumhuriyet's editor-in-chief Can Dundar arrives at the Istanbul courthouse before his trial on March 25, 2016. Two top Turkish journalists are going on trial, accused of espionage and other serious crimes and facing possible life in prison over a story about Turkey's role in the Syrian conflict that infuriated President Recep Tayyip Erdogan. / AFP / BULENT KILIC (Photo credit should read BULENT KILIC/AFP/Getty Images)

Le journaliste d'opposition turc Can Dündar a échappé vendredi à une attaque armée devant le palais de justice d'Istanbul où il est jugé pour "divulgation de secrets d'Etat". L'assaillant a été arrêté, a rapporté une journaliste de l'AFP sur place.

Un homme dont l'identité est inconnue, a tiré plusieurs coups de feu avec un pistolet, blessant un journaliste de télévision au mollet, avant de déposer son arme devant les caméras et de se rendre tranquilement à la police.

"Je suis indemne, je ne connais pas cette personne", a déclaré à la presse M. Dundar, journaliste connu et chef de la rédaction du quotidien Cumhuriyet, après cette attaque.

L'homme aurait crié "traître !" avant de tirer plusieurs coups de feu vers les jambes de M. Dündar, selon les médias.

Cette agression est intervenue alors que M. Dündar et son chef de bureau à Ankara, Erdem Gül, étaient dans l'attente d'un verdict de la cour criminelle qui les juge pour avoir révélé que le régime islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan livrait des armes aux groupes djihadistes en Syrie voisine.

Les deux journalistes risquent la prison à vie dans ce procès controversé et emblématique pour la liberté de la presse en Turquie. Ils sont accusés d'espionnage, de divulgation de secrets d'Etat et de tentative de coup d'Etat pour avoir diffusé en 2014 un article et une vidéo faisant état de livraisons d'armes par les services secrets turcs à des rebelles islamistes en Syrie.

VOIR AUSSI:


La Turquie censure la presse


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter