NOUVELLES

Les audiences du BAPE sur Énergie Est devraient reprendre en octobre

26/04/2016 05:18 EDT | Actualisé 26/04/2016 05:18 EDT
Bloomberg via Getty Images
Three sections of pipe sit on the ground during construction of the Gulf Coast Project pipeline in Atoka, Oklahoma, U.S., on Monday, March 11, 2013. The Gulf Coast Project, a 485-mile crude oil pipeline being constructed by TransCanada Corp., is part of the Keystone XL Pipeline Project and will run from Cushing, Oklahoma to Nederland, Texas. Photographer: Daniel Acker/Bloomberg via Getty Images

Les audiences publiques du BAPE sur le projet Énergie Est de TransCanada devraient reprendre en octobre et une décision pourrait être rendue en 2018 - en pleine année électorale - par le gouvernement du Québec.

C'est ce qui a été évoqué par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), vendredi dernier, dans une lettre envoyée à la société albertaine.

Cet échéancier, mieux synchronisé avec celui du gouvernement fédéral, se trouve en annexe de la missive signée par la sous-ministre Christyne Tremblay.

La décision de TransCanada de se plier aux exigences à la loi québécoise sur l'environnement fait en sorte qu'un nouveau mandat devra être confié au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Préalablement, le gouvernement Couillard avait réclamé une injonction afin de forcer la société à se plier à la réglementation environnementale du Québec.

L'entreprise, qui a également déposé son avis de projet auprès du ministère, présentera une analyse d'impact environnemental d'ici le 6 juin.

Si tout se déroule comme prévu, le rapport du BAPE - dont les audiences sur la portion québécoise du pipeline de 4600 kilomètres devaient reprendre lundi dernier mais ont été suspendues - serait soumis au gouvernement Couillard en février prochain.

Par la suite, le MDDELCC procéderait à une évaluation environnementale en mars 2018 avant la décision gouvernementale attendue en juin, quelques mois avant celle du gouvernement fédéral.

Énergie Est vise à acheminer quotidiennement sur une distance de 4600 kilomètres 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Au Québec, on prévoit 625 kilomètres de canalisation qui traverseront d'importants cours d'eau en plus de passer dans 65 municipalités, d'après l'avis de projet.

VOIR AUSSI:

Comprendre les projets de pipelines

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter