NOUVELLES

20 avril: Pourquoi le nombre «420» revêt une importance spéciale pour les fumeurs de marijuana

20/04/2016 12:42 EDT | Actualisé 20/04/2017 04:49 EDT

Mercredi 20 avril, des dizaines de milliers de gens à travers le monde se rassembleront à 16 h 20 (4 h 20 PM) pour fumer un joint. Du mont Royal au parc du Golden Gate de San Francisco, en passant par la colline parlementaire d'Ottawa, des amateurs de cannabis célébreront la fête non officielle de leur herbe favorite.

Mais pourquoi exactement a-t-on choisi 4 h 20 le 4/20 pour cette célébration? Quelle signification se cache derrière le nombre 420?

Plusieurs théories flottent dans l'air à ce sujet, mais voici celle qui est le plus largement acceptée. Nous l'avons dénichée sur plusieurs médias, donc le HuffPost américain, Vice News, ABC News et l'International Business Times.

LIRE AUSSI:

» Ottawa présentera un projet de loi pour légaliser la marijuana au printemps 2017

Au début des années 1970, un petit groupe d'élèves de l'école secondaire San Rafael, en Californie, entend une rumeur très intéressante. Un agent de la Garde côtière installé à proximité ne peut plus s'occuper de plants de pot qu'il a cachés à Point Reyes, au nord-ouest de San Rafael.

420 cannabis

Des gens sont rassemblés au Golden Gate Park de San Francisco pour célébrer le «420». La photo a été prise en 2012. (REUTERS/Robert Galbraith)

Les jeunes, qui se surnomment « les Waldos », partent alors à la recherche du lieu grâce à une carte dessinée par l'agent lui-même. Chaque jour, après l'école, à 16 h 20, ils se rencontrent à la statue de Louis Pasteur de leur école, fument un joint, et partent en voiture à la recherche du trésor.

« Quand tu es à l'école secondaire, que tu n'as pas d'argent et qu'il y a du pot gratuit, tu n'hésites pas », a indiqué un des Waldos, David Reddix, selon l'IBTimes.

Ils ne le trouvèrent jamais. Toutefois, l'expression « 420-Louis » puis tout simplement « 420 » demeura un code pour parler de consommation de cannabis sans éveiller les soupçons d'enseignants, parents et autres autorités.

La chose en serait peut-être restée là si le groupe de musique The Grateful Dead, qui était localisé dans la région et dont un membre connaissait un des Waldos, n'avait pas commencé à utiliser l'expression aussi. Le groupe rock connut par la suite une brillante carrière internationale, amenant « 420 » à de nouveaux niveaux de notoriété.

Cette histoire, qu'elle soit vraie en entièreté ou en partie, est la seule qui est soutenue par des preuves historiques, contrairement à d'autres exemples donnés par Vice News.

420 ne serait donc ni le code de la police pour parler d'infractions liées à la marijuana, ni le nombre d'éléments actifs se trouvant dans cette drogue, ni un message subtil de la chanson de Bob Dylan « Rainy Day Woman no. 12 and no. 35. » (12 multiplié par 35 donne 420), dont le refrain dit « everybody must get stoned ».

marijuana montreal

Un partisan libéral dans les rues de Montréal lors de la campagne électorale de 2015. (REUTERS/Christinne Muschi)

Le code secret des années 70 n'est plus un secret pour grand monde, et est désormais ouvertement utilisé à plusieurs sauces, que ce soit sur les forums en ligne ou dans la vie de tous les jours pour identifier ce jour spécial pour la contre-culture mondiale qu'est le 20 avril.

Pour en savoir plus sur les Waldos et sur le fameux agent de la Garde cotière, lisez ce texte de nos collègues américains du HuffPost, qui les ont convaincus de se révéler au grand jour en 2012.

AUSSI SUR LE HUFFPOST :


INOLTRE SU HUFFPOST

#TamyUSA: j'ai visité le Costco du cannabis