NOUVELLES

Allocations professionnelles: les pharmaciens propriétaires accusent le ministre Gaétan Barrette

13/04/2016 04:04 EDT | Actualisé 13/04/2016 04:05 EDT
PC

Les pharmaciens propriétaires du Québec accusent le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d'avoir renié sa promesse en retardant le déplafonnement de leurs allocations professionnelles.

La modification de ce règlement, qui entrera en vigueur le 28 avril, fera en sorte que le pourcentage de ristournes que les fabricants de médicaments génériques peuvent verser aux pharmaciens oscillera entre 25 et 30 pour cent d'ici la fin de l'année, pour ensuite être déplafonné pour deux ans.

Or, l'entente signée en juin 2015 avec l'Association des pharmaciens propriétaires (AQPP) prévoyait un déplafonnement complet pour trois ans, a-t-elle dénoncé, mercredi.

Le déplafonnement des montants versés par des fabricants de médicaments génériques devait permettre à Québec de récupérer 400 millions $ sur trois ans par l'entremise de ponctions dans les revenus des pharmaciens propriétaires.

Depuis 2012, le plafond des ristournes versées aux pharmaciens avait été fixé à 15 pour cent par le gouvernement provincial.

L'AQPP, qui attend ce règlement depuis 10 mois, accuse M. Barrette d'avoir procédé à une modification «unilatérale» de l'entente intervenue en juin dernier, qualifiant d' «affront» la démarche du ministre de la Santé.

Sans fournir de montant précis, l'Association estime que cette décision représente un manque à gagner de "plusieurs dizaines de millions" d'après ses calculs préliminaires.

Elle a rappelé que les contraintes imposées par le gouvernement Couillard avaient forcé ses 2048 pharmaciens membres à licencier quelque 1000 employés depuis septembre dernier.

La décision de M. Barrette, qui retarde de neuf mois l'entrée en vigueur du déplafonnement complet des allocations professionnelles, entraînera probablement d'autres pertes d'emplois, déplore l'AQPP.

VOIR AUSSI


Gaétan Barrette n'a pas la langue de bois


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter