POLITIQUE

Le spectre du pétrole plane sur le congrès du NPD à Edmonton

08/04/2016 06:08 EDT | Actualisé 08/04/2016 06:10 EDT
RAPHAËL BOUVIER-AUCLAIR / RC

Bien sûr, le leadership de Thomas Mulcair est sur toutes les lèvres au congrès du NPD à Edmonton. Mais tranquillement, dans les couloirs, un autre enjeu a commencé à émerger, mais aussi à diviser : la gestion des ressources naturelles.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Jeudi, avant même le début du congrès, la discussion était lancée. En soirée, la première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, s'est adressée à ses concitoyens au cours d'un enregistrement télévisé réalisé dans sa cuisine. Au coeur de son message : l'économie est mal en point, l'Alberta a besoin d'un coup de main.

Nous ne pouvons plus appuyer l'économie du Canada, si le Canada ne nous appuie pas. Cela signifie une chose : construire un oléoduc moderne et bien surveillé vers de nouveaux marchés.

Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

Pendant que le gouvernement albertain, l'un des seuls au pays qui porte les couleurs du NPD, milite pour l'exportation de pétrole brut, plusieurs militants néo-démocrates fédéraux tiennent des propos bien différents. Ils débattent par exemple de résolutions hostiles aux hydrocarbures et aux projets d'oléoduc.

Plus tôt cette semaine, Thomas Mulcair a affirmé que si telle était la volonté des membres, il ferait tout en son pouvoir pour encourager ce grand virage.

Dans les couloirs du congrès, certains délégués albertains ne cachent pas leur mécontentement. Non seulement le NPD n'a pas fait augmenter son nombre de sièges aux dernières élections fédérales dans la province, mais, en plus, le parti fédéral n'aide pas leur province, qui en aurait bien besoin. « On a besoin de faire comprendre qui nous sommes en tant que néo-démocrates albertains », nous dit une déléguée.

Parmi les délégués qui représentent l'Alberta, certains sont affiliés à des syndicats qui représentent les travailleurs du pétrole dans la province.

L'ancien député du Nouveau-Brunswick, Yvon Godin, croit que les discussions sur les ressources naturelles doivent être plus pragmatiques. « Ça crée des emplois chez nous, au Nouveau-Brunswick ».

«On ne peut pas fermer la porte du jour au lendemain. [...] Il faut continuer avec le pétrole, et en même temps aller avec les énergies renouvelables.»

Yvon Godin, ancien député d'Acadie-Bathurst.

La présidente sortante du parti, Rebecca Blaikie, juge que les discussions qui ont lieu en ce moment sont saines. « C'est un débat dont on a besoin au Canada. Je suis contente de voir qu'on a des membres avec des opinions diverses », lance-t-elle.

Notley devant les membres du NPD

La première ministre albertaine Rachel Notley prononcera un discours demain devant les délégués à Edmonton. Jeudi, son gouvernement a dû se défendre devant l'opposition à l'Assemblée législative albertaine et se dissocier des positions que défendent certains membres du NPD fédéral au sujet du pétrole. Un terrain qui pourrait s'annoncer glissant pour le mouvement néo-démocrate.

Voir aussi:


Les députés du NPD défaits à l'élection 2015

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter