NOUVELLES

«Panama Papers» expliqués pour les enfants de 5 ans

05/04/2016 02:23 EDT | Actualisé 05/04/2016 02:51 EDT

Les Panama Papers, cette histoire à propos de gens puissants qui cachent de l’argent dans des paradis fiscaux, peut s’avérer incroyablement compliquée pour certains. Surtout si vous ne vous tenez pas au jus en ce qui a trait au secteur bancaire et au droit fiscal.

Si vous vous sentez interpellé, l’explication remarquablement simple de cet utilisateur Reddit vous aidera. C’est l’histoire d’un garçon et sa tirelire…

« Lorsque vous faites de l’argent de poche, vous le mettez dans la tirelire. La tirelire est sur une étagère dans votre garde-robe. Votre mère le sait et elle vérifie une fois de temps en temps, donc elle sait quand vous mettez de l’argent dedans ou la dépensez.

Un jour, vous pourriez décider « je ne veux pas que maman vérifie mon argent ». Alors vous allez à la maison de Johnny avec une tirelire supplémentaire que vous allez garder dans sa chambre. Vous écrivez votre nom et la placez dans son garde-robe. La mère de Johnny est toujours très occupée, donc elle n’a jamais le temps de vérifier sa tirelire. Vous pouvez donc la laisser là et ça restera un secret.

Tous les enfants du voisinage pensent maintenant que c’est une bonne idée, et tout le monde va à la maison de Johnny avec ses tirelires supplémentaires. Le placard de Johnny est maintenant plein de tirelires supplémentaires de tout le monde du voisinage.

Un jour, la mère de Johnny rentre à la maison et voit toutes les tirelires. Elle se met en colère et appelle les parents de tout le monde pour leur faire savoir.

Personne ne l’a fait pour une mauvaise raison. Le frère aîné d’Éric vole toujours de l’argent dans sa tirelire, donc il voulait seulement une meilleure cachette. Timmy voulait sauver de l’argent pour acheter à sa mère un cadeau de fête à son insu. Sammy l’a fait parce qu’il pensait que c’était amusant. Mais plusieurs enfants l’ont fait pour une mauvaise raison. Jacob volait l’argent que les gens avaient pour leur lunch et il ne voulait pas que ses parents le sachent. Michael volait de l’argent dans la sacoche de sa mère. Les parents du gros Bobby l’ont mis à la diète, mais il ne voulait pas qu’ils sachent quand il allait acheter des bonbons.

Dans la vraie vie, beaucoup de gens très importants ont été pris à cacher leur tirelire dans la maison de Johnny au Panama. Et aujourd’hui, leurs mères ont tout découvert. Bientôt, nous apprendrons qui le faisait pour les mauvaises ou les bonnes raisons. Mais presque tout le monde est dans le trouble, peu importe, puisque c’est contre les règles de garder des secrets, peu importe lequel.»

Bien joué!

Les Panama Papers ont été révélés après qu’une source anonyme eut transmis un fichier de 2,6 téraoctets de données au journal allemand Suddeutsche Zeitung.

Parmi les données, il y avait des feuilles de calcul, courriels, passeports et autres documents montrant comment certains ont prétendument caché leur argent dans des comptes offshore avec l’aide du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca.

Plus de 200 000 entreprises et 14 000 clients ont été impliqués dans la fuite. Des personnalités comme le président russe Vladimir Poutine et la star du soccer Lionel Messi seraient en lien avec ces papiers.

vladimir putin lionel messi

(Photo: Getty/AGF)

Trois cent cinquante Canadiens, dont un ancien ministre de Terre-Neuve, étaient aussi parmi eux, selon le Toronto Star.

La Banque Royale du Canada (RBC) a également été nommée dans les journaux, comme elle a travaillé avec Mossack Fonseca à mettre en place 370 sociétés offshore, rapporte CBC News.

Les comptes offshore peuvent être utilisés pour de nombreuses raisons, telles que les transactions commerciales internationales, mais ils ont également été utilisés pour le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et l’évasion fiscale, a ajouté le Toronto Star.

RBC a nié toute malversation en affirmant « Si nous avons des raisons de croire qu’un client cherche à engager une [infraction] criminelle en faisant de l’évasion fiscale, nous le signalons et ne faisons pas affaire avec le client. »

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été adapté de l’anglais.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les grands noms des «Panama Papers»