NOUVELLES

Le maire de Brossard dans l'embarras à cause de sa femme

04/04/2016 12:25 EDT | Actualisé 04/04/2016 12:28 EDT
Radio-Canada.ca

L'opposition municipale à Brossard dénonce les agissements de la femme du maire Paul Leduc qui a tenté d'obtenir un poste auprès d'une compagnie italienne de meubles en même temps qu'elle y magasinait pour le bureau de son mari à l'Hôtel de Ville. Le parti Renouveau Brossard envisage de saisir la Commission municipale.

Un texte de Thomas Gerbet

Le chef de l'opposition Antoine Assaf se dit « choqué », mais « pas étonné » par cette affaire. « Ce n'est pas éthique. Elle n'aurait pas dû se servir du nom du mari pour influencer une compagnie quelconque. Et le maire n'aurait pas dû acheter les meubles. »

Des courriels publiés par Le Journal de Montréal démontrent que Louise Plante a effectué elle-même des démarches pour acheter 12 000 $ de meubles italiens destinés au bureau de son mari, alors qu'elle n'est pas employée de la Ville. Dans le même temps, elle a tenté d'obtenir un poste auprès de la compagnie italienne.

  • « Si tout se passe bien et que le produit me semble adapté à notre marché, j'aimerais bien vous représenter en Amérique. »
  • « Pour cette commande, si vous êtes d'accord, nous règlerons les détails ensemble vous et moi, mais au final, ce sera la Ville qui placera la commande afin d'éviter toute apparence de conflit d'intérêt pour mon mari. »

Extraits de courriel échangé entre Louise Plante et la compagnie Bralco, le 3 novembre 2011.

En entrevue à Radio-Canada, le maire Paul Leduc réfute tout conflit d'intérêts. « Nous n'avons retiré aucun avantage », dit-il en précisant que sa femme n'est finalement pas devenue représentante de la compagnie italienne de meubles.

Paul Leduc explique que sa décoratrice de l'époque lui avait conseillé de magasiner lui-même des meubles et c'est pour cette raison qu'il a fait appel à sa conjointe. « Il y a eu une coupure entre ma femme et la Ville. », explique-t-il. « Ma femme n'a jamais été impliquée dans cette transaction, sauf d'aller chercher des renseignements, à ma demande ».

Quant à la proposition de devenir représentante pour Bralco au même moment où elle préparait cette commande pour la Ville, Paul Leduc n'y voit rien à redire. « Ma femme pourrait être représentante de n'importe quelle compagnie. Elle n'avait pas besoin d'un achat pour le devenir. Ça fait 25 ans qu'elle travaille dans l'import-export. Elle n'a rien négocié ».

Le maire de Brossard affirme avoir remis tous ces courriels au directeur général de l'époque, Patrick Savard.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter