NOUVELLES

Commotions cérébrales: Geoff Molson s'inquiétait dès 2011

30/03/2016 12:00 EDT | Actualisé 30/03/2016 12:04 EDT

Un échange de courriels obtenu par l'émission Enquête révèle le niveau d'inquiétude qui habitait Geoff Molson dès 2011 au sujet des risques de poursuites judiciaires dans le dossier des commotions cérébrales.

Un texte de Gino Harel

Ces documents ont été produits par la LNH dans le cadre de la demande d'autorisation de recours collectif déposée contre la Ligue nationale par plus d'une centaine d'anciens joueurs. Cette cause est entendue par un tribunal américain au Minnesota.

Le 2 août 2011, Geoff Molson adresse un premier courriel au commissaire de la LNH, Gary Bettman, dans lequel il exprime ses préoccupations. Ses craintes semblent motivées par un article portant sur des poursuites judiciaires intentées contre la Ligue nationale de football (NFL), aux États-Unis. Cette correspondance survient quelques semaines après le dépôt d'un recours judiciaire par d'anciens joueurs de football américains contre la NFL.

Rendre illégal tout coup à la tête

Dans ce courriel, Geoff Molson écrit au commissaire Bettman : « En tant que propriétaire, les poursuites de la NFL pourraient nous mettre à risque. Même si nous faisons de bons progrès, je ne crois pas que ce soit suffisant jusqu'à ce que tout coup à la tête devienne illégal. J'espère qu'on s'y rendra bientôt. »

Correspondance entre Geoff Molson et Gary Bettman

Gary Bettman rassure Geoff Molson

La réponse de Bettman à Molson vient le lendemain. « Je comprends et je respecte ton point de vue. Cependant, pour une variété de raisons, je ne crois pas que nous soyons dans la même situation que le football et je ne crois pas que les poursuites de la NFL devraient nous mettre à risque. Entre autres choses, nous avons été des meneurs dans le domaine des commotions cérébrales et nous avons établi le standard sur le diagnostic, le traitement et les changements aux règlements chez les professionnels. »

Le propriétaire du Canadien de Montréal semble rassuré par ces propos du commissaire. Quelques minutes plus tard, Geoff Molson répond à Gary Bettman : « C'est bien d'entendre qu'il est peu probable que nous soyons à risque... C'est (c'était) ma plus grosse crainte. »

Quelques mois après l'incident Pacioretty-Chara

Cette communication de Geoff Molson, en août 2011, sur l'enjeu des coups à la tête dans la LNH survenait quelques mois seulement après une prise de position publique du propriétaire du CH, qui avait fait grand bruit. En mars 2011, il avait vivement réagi à la grave blessure subie par Max Pacioretty après une mise en échec de Zdeno Chara, défenseur des Bruins de Boston.

M. Molson avait d'ailleurs écrit une lettre ouverte à ses partisans, dans laquelle il dénonçait l'absence de suspension contre Chara.

Dans sa missive, il ajoutait : « Notre organisation croit que la sécurité des joueurs de la Ligue nationale est sérieusement compromise et que cette situation a atteint un niveau alarmant. Le danger est de plus en plus grand pour ces joueurs qui comptent parmi les meilleurs athlètes professionnels au monde, sans oublier les conséquences que cela comporte pour le hockey dans son ensemble. La sécurité des joueurs doit être notre ultime priorité et cette situation doit être abordée sans plus de délai. »

Aucun commentaire du Tricolore ni de la LNH

Plusieurs années se sont écoulées depuis l'échange de courriels entre Molson et Bettman. Nous avons voulu savoir notamment si M. Molson est toujours d'avis aujourd'hui qu'il faut rendre illégaux tous les coups à la tête.

La réponse est venue du département des communications de l'équipe. « Le dossier des commotions cérébrales dans la Ligue nationale est devant les tribunaux. Pour cette raison-là, on ne peut pas commenter ce dossier-là », a expliqué le vice-président principal aux communications du Canadien Donald Beauchamp.

Par ailleurs, nous n'avons obtenu aucun commentaire de la ligue.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Commotion cérébrale: les étapes du retour