DIVERTISSEMENT

La beauté du monde au Périscope en 2016-2017

30/03/2016 05:26 EDT | Actualisé 30/03/2016 05:28 EDT
Suzanne OgçoNeill

Comme à l’habitude, aucun thème ne se dégage de la 31e programmation du Périscope, si ce n’est qu’une vision claire de ce que doit être le théâtre aujourd’hui : un acte de résistance empreint de beauté.

Un peu comme la chanson-monument de Diane Dufresne, la prochaine saison du théâtre de la rue Salaberry est un hymne à la beauté du monde, presqu’un manifeste contre la barbarie, à en croire son directeur artistique Frédéric Dubois.

31e programmation du Périscope


« La barbarie du quotidien comme celle de la terreur qui fait les manchettes depuis trop de mois, proclame le metteur en scène au début du lancement de saison, ce mercredi. Il faut mettre entre la barbarie et nous la beauté. » 

La saison sera lancée par la trentaine de machines de Dreamland. On doit cette installation aux allures de mini-fête foraine à l’équipe du Théâtre Rude Ingénierie, celle-là même qui a investi l’Îlot des Palais en 2015 (Où tu vas quand tu dors en marchant ?). Du 20 septembre au 8 octobre 2016.

Dans #PigeonsAffamés, sept acteurs expriment leur « envie de dépasser les discours creux et publicitaires qu’on nous sert comme du fastfood », explique Frédéric Dubois. Du 11 au 15 octobre 2016.

Après s’être démarquée à Premier Acte cet hiver, St-Agapit 1920 a été repêchée par le Périscope. Un « spectacle-sensation près de la peau » qui aborde la mémoire avec sagesse et délicatesse, promet Frédéric Dubois. Du 18 au 29 octobre 2016.

Dans Fire Lake, ville minière, 1986, le Théâtre du Niveau Parking fait un retour sur fond de pertes de repères. Le texte de Maxime Allen évoque la fermeture d’un village minier et la reconstruction des vies qui se sont écroulées. Du 8 novembre au 3 décembre 2016.

Album de finissants débarque à Québec début 2017, deux ans après son passage au Théâtre Denise-Pelletier. Signé Mathieu Arsenault, le texte aborde l’adolescence avec son lots de « règles de grammaire, de désirs éperdus, de leçons d’histoires, de cris, de musique pop, de pupitres, de mains levées », résume le directeur artistique. Du 17 au 21 janvier 2017.

Suivra Attentat, qui a fait grand bruit au dernier Carrefour international de théâtre de Québec. L’œuvre des sœurs Gabrielle et Véronique Côté est « un hymne à la beauté, à l’immensité du territoire, à l’hiver, à l’amour » dont les images « nous restent longtemps en tête », selon Frédéric Dubois. Du 24 janvier au 4 février 2017.

Dans Les véritables aventures de Don Quichotte de la Mancha, on assiste à la mise en abîme du célèbre personnage et de son créateur. Du 21 février au 11 mars 2017.

Auréolé par le prix littéraire du Gouverneur général l’an dernier, Pour réussir un poulet annonce le retour de Fabien Cloutier au théâtre de la rue Salaberry. « Un portrait sans pardon, une langue sans détour avec un humour corrosif où tous sont à la fois bourreaux et victimes », lance un Frédéric Dubois convaincu.

Sur fond de crise financière et d’histoire d’amour, L’Art de la chute questionne l’emprise du capitalisme sur l’art et l’abstraction monétaire. Du 4 au 22 avril 2017.

Le bus jaune d’Ubus Théâtre clôturera la 31e saison du Périscope pour la seconde fois d’affilée. Avec Piano à voile, on assiste à une rétrospective de la vie d’un pianiste fictif. Du 19 avril au 6 mai 2017.