NOUVELLES

Obama reproche aux médias d'accorder trop de place à Trump

29/03/2016 10:30 EDT | Actualisé 29/03/2016 10:30 EDT
Pool via Getty Images
DALLAS, TX - MARCH 12: U.S. President Barack Obama speaks at a private Democratic National Committeeevent at Gilley's Club Dallas on March 12, 2016 in Dallas, Texas. The president spoke a day after protesters forced Republican presidential candidate Donald Trump to cancel a campaign event in Chicago on Friday. (Photo by Ashley Landis-Pool/Getty Images)

Le président Barack Obama a exhorté lundi les médias américains à dénoncer les candidats à la présidentielle de 2016 qui «mentent haut et fort» et mènent des campagnes qui «échappent à toute raison», visant, sans le nommer, le milliardaire Donald Trump.

Tirant à vue sur la couverture des chaînes d'information, qui rapportent les moindres faits et gestes du favori à l'investiture républicaine, gratifié d'entretiens-fleuves, M. Obama a déclaré: «Bien faire son travail, c'est faire un peu plus que tendre le micro à quelqu'un».

Le président américain, qui s'exprimait lors d'une cérémonie de remise de prix journalistiques à Washington, a appelé les médias à «enquêter, remettre en cause, creuser et exiger plus», et jugé que «ce que nous voyons aujourd'hui pervertit notre démocratie et notre société».

«Lorsque nos responsables élus et nos campagnes électorales échappent complètement à toute raison, aux faits et aux analyses, lorsque le vrai et le faux n'importent plus, cela nous empêche de prendre de bonnes décisions au nom des générations futures», a déclaré M. Obama.

Le président sortant a balayé le mépris pour le politiquement correct - un thème récurrent dans la campagne de Trump -, «un prétexte pour dire des choses offensantes ou mentir haut et fort».

Le président américain a estimé que le succès de la saga journalistique «Spotlight», Oscar du meilleur film, montrait l'appétit du public pour la vérité et le reportage.

Il a aussi dit que des critiques virulentes formulées à l'encontre d'autres pays par certains candidats commençaient à inquiéter à l'étranger.

Selon lui, les dirigeants étrangers comprennent que «l'Amérique est le pays où on ne peut pas se permettre une politique délirante».

Interrogé dimanche sur les réactions dont lui font part les dirigeants étrangers lors de ses déplacements, le chef de la diplomatie américaine John Kerry avait répondu que «ce qui se passe est embarrassant pour notre pays».

Le milliardaire Donald Trump fait actuellement la course en tête à la primaire républicaine avec une campagne marquée par des attaques personnelles, des propos jugés islamophobes et des débats qui tournent souvent au pugilat.

Les polémiques de Donald Trump en campagne

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter