NOUVELLES

Essai routier Chrysler Pacifica 2017 : sur la route des stars (PHOTOS)

25/03/2016 07:55 EDT | Actualisé 25/03/2016 08:54 EDT
Courtoisie

Newport Beach, California - J’ai eu beau tourner et retourner sur Hollywood Boulevard, circuler lentement dans les allées surchargées du Santa Monica Pier au volant de ma Chrysler Pacifica 2017, ou aller me placer au pied du signe Hollywood, jamais les paparazzis ne m’ont empêché de circuler, et les flashs brouillés la vue.

Dommage, moi qui croyais que la Chrysler Pacifica jouerait son rôle de vedette et attirerait l’attention, on peut dire que l’expérience est ratée. La voiture, elle, joue cependant bien son rôle comme véhicule familial.

LIRE AUSSI

La ville la plus congestionnée au Canada est Vancouver

Une petite explication s’impose : la Chrysler Pacifica 2017, c’est la réponse moderne de Fiat Chrysler Automobile au désengagement des conducteurs à l’égard des minifourgonnettes familiales. Même si FCA continue de dominer outrageusement ce segment depuis sa création en 1983 (les véhicules Dodge et Chrysler combinés occupent plus de 59 % des parts de marché), on sent une baisse de l’engouement des consommateurs pour ce type de véhicule, trop souvent remplacé par le nouvel utilitaire sport ou le multisegment à la mode.

Chrysler Pacifica 2017


Pire encore pour FCA, ce sont les véhicules de luxe qui ont la cote, comme on peut en juger par les progressions des ventes des marques allemandes notamment. Bref, la pente de la célébrité risque d’être longue à remonter pour la minifourgonnette familiale traditionnelle.

Chrysler mise donc sur un tout nouveau véhicule, alliant à la fois l’aspect pratique de la minifourgonnette aux traditionnelles portières latérales coulissantes au plaisir de conduite (oui, oui) en passant par la technologie embarquée.

Il est facile de se douter qu’autant de changements ne se font pas sans révolutionner complètement, ou presque, les acquis de base, et en y mettant le prix. Ce qui explique que le Chrysler Pacifica 2017 n’est pas exactement la minifourgonnette de monsieur et madame Tout-le-monde. C’est pour cette raison aussi que la Pacifica remplacera seulement la version Chrysler Town & Country, plus haut de gamme, et permettra à la Dodge Grand Caravan de survivre comme minifourgonnette d’entrée de gamme.

Rien de pareil

En résumé, si la mission de la Chrysler Pacifica est la même, tout ou presque, y a été repensé. Les ingénieurs de FCA sont donc partis sur de toutes nouvelles bases, à partir d’une plateforme de nouvelle génération qui, si elle en est à son premier usage, n’en est pas au dernier.

On a conservé, pour l’aspect pratique, le système Stow’n go, qui permet, sur simple pression d’un bouton, de replier les sièges de seconde rangée directement dans le plancher, libérant ainsi totalement l’espace. En faisant de même avec les sièges de troisième rangée, toute la partie arrière devient totalement libre et peut accueillir jusqu’à 64 feuilles de contreplaqués de 4 pieds sur 8 pieds.

Mais l’importance du Stow’n go est aussi plus grande sur la rigidité même du châssis. Car les bacs utilisés pour abriter les sièges repliés ont été fabriqués et conçus de telle façon qu’ils puissent s’intégrer dans la structure de la plateforme, augmentant du même coup la résistance à la torsion de façon notable. Ce qui auparavant affaiblissait la structure devient désormais un atout.

Et oui, les plus perspicaces d’entre vous auront aussi compris que la nouvelle structure permettrait de recevoir un rouage intégral même si, pour le moment, on se garde bien de confirmer la venue potentielle d’un tel ajout.

La silhouette de la voiture joue aussi la carte du modernisme. La partie avant présente un capot plus sculpté, des blocs optiques plus raffinés qui s’étirent en largeur, et une grille elle aussi toute en largeur. La partie arrière, plus traditionnelle, a tout de même plus de charme que celle de l’ancienne génération.

Entre les deux, des parois latérales bordées de relief, et de portières coulissantes en aluminium (merci légèreté) avec un rail habilement dissimulé directement dans le bas de la fenêtre arrière. L’ensemble a sensiblement les mêmes dimensions (une longueur totale de 5,09 mètres, soit quelques millimètres de moins que le Chrysler Town & Country pour un empattement de 3,06 m, en hausse de 10 mm), mais l’ensemble a une allure plus aérodynamique et a surtout subi une cure d’amaigrissement d’environ 100 kilos.

Motorisation sans histoire

Sous le capot de la Chrysler Pacifica 2017 se cache une recette éprouvée : le moteur V6 3,6 litres Pentastar de 287 chevaux dont la qualité n’est plus à vanter, ayant mérité trois fois le privilège d’être dans le top 10 mondial des meilleurs moteurs.

Il est jumelé à la célèbre boite de vitesses automatique ZF à 9 rapports dont la réussite passée a été, pour le moins, douteuse. Avouons cependant cette fois qu’elle s’applique fort bien, permettant au moteur de bien valser entre les exigeantes montées des collines californiennes, ou les incontournables arrêts-départs des heures de pointe de la ville de Los Angeles.

Dans les faits, contrairement aux autres applications, elle donne une sensation de contrôle presque parfait même si, occasionnellement, elle joue entre beaucoup trop de rapports dans un même mouvement. Elle favorise aussi une consommation limitée, variant de 8,4 litres aux 100 km sur route, à 12,6 l aux 100 km en ville selon le constructeur.

La véritable trouvaille mécanique du Pacifica cependant, ce sont ses données en matière de direction (désormais assistée électriquement) et de suspensions. Alors que la direction transmet mieux que jamais les informations de conduite, elle permet certainement une conduite plus dynamique et inspirée, si tant est que l’on puisse parler ainsi d’une minifourgonnette.

Après tout, on parle d’un véhicule de grandes dimensions, et d’un poids à l’avenant, du haut de ses 1900 kilos.

Les ingénieurs ont toutefois joué d’ingéniosité avec les suspensions. Au lieu d’implanter un seul support, ce qui forçait à faire le choix entre la rigidité ou le confort, ils ont réussi à démultiplier le tout en deux mouvements distincts : un premier support rigide empêche donc la caisse de valser lors de virages serrés, alors que le second mise plutôt sur le confort. Le résultat est donc une Pacifica qui, tout en se conduisant comme une minifourgonnette, se donne parfois des allures plus sportives. Au sens large du terme, évidemment…

Sur la route

C’est en compagnie des membres de ma famille que j’ai pu procéder à l’essai de cette Chrysler Pacifica 2017. Un test important puisque mon épouse a des attentes plutôt précises en matière de confort automobile, et que mon grand fiston et sa copine en ont tout autant en matière de technologies embarquées.

Ces derniers ont été choyés grâce à la présence d’un système UConnect de nouvelle génération plus facile que jamais à contrôler, et du UConnect Theatre, un système optionnel de double écran logé à l’arrière face aux occupants. On peut aisément y brancher console et autres gadgets, y regarder des films, des jeux ou encore utiliser les applications déjà chargées dans le système pour se distraire. Nos deux oiseaux se battent encore pour savoir qui a gagné la partie de bingo jouée à partir d’objets aperçus sur la route, ou qui avait les meilleures définitions au jeu du vocabulaire.

Un bon mot aussi pour l’application « Are we there yet? » (traduction : est-ce qu’on arrive?) qui affiche une petite carte aux enfants en leur disant avec précision la distance et le temps restant à la randonnée.

Ils ont aussi rapidement appris que la Pacifica pouvait devenir un point d’accès internet, et ont partagé leur périple avec tous leurs amis.

Enfin, précisons qu’ils ont bien aimé la petite balayeuse optionnelle, logée dans le bras de la troisième rangée de sièges, appelée Stow’n Vac, et qui permet de ramasser facilement miettes et gâchis liquide à l’intérieur de l’habitacle.

Chérie et moi-même avons apprécié la position des occupants avant, bien qu’il m’ait fallu un peu de temps pour trouver la position idéale. On apprécie aussi la qualité de finition et le design plus épuré de la planche de bord et des cadrans, ainsi que l’écran totalement plat du système multimédia central qui affiche aussi la navigation. On l’a aussi chargé d’applications en abondance.

On aurait aimé cependant retrouver un peu plus d’espaces de rangement fermés, et mieux situés... Le bac logé au bas de la console centrale n’a pu contenir tous les objets amenés pour la longue randonnée de la journée, et le tout petit coffret derrière les porte-gobelets suffisait à peine à contenir les fils de connexion des téléphones intelligents.

Trois modèles

Le choix de la Chrysler Pacifica ne sera pas trop complexe, puisque trois versions seulement sont offertes, toutes avec le même groupe motopropulseur. La liste d’accessoires, même pour la version d’entrée de gamme, la Touring, est plus qu’imposante, incluant notamment une caméra de recul, une sellerie de cuir et des roues de 17 pouces, tout cela pour un prix, imposant, de 43 995 $.

La version Touring L ajoute un centre multimédia de 8,4 pouces, une aide au stationnement avec freinage actif, un ensemble d’insonorisation de luxe et un système audio 13 haut-parleurs, mais il faudra débourser quelque 46 995 $.

Enfin, la version Limited à 52 995 $ établit une liste encore plus longue, incluant notamment des roues de 18 pouces, un toit panoramique trois panneaux et l’aspirateur. Précisons qu’un ensemble de sécurité incluant une assistance au changement de voie, et le système UConnect Theatre sont offerts en option sur les versions les plus élevées.

Petit détail, toutes les versions sont offertes pour 7 ou 8 passagers au choix.

Conclusion

La Chrysler Pacifica 2017 est, en comparaison de celle qu’elle remplace, un véritable bond en avant en termes de conduite et d’efficacité. Avouons quand même que son prix d’achat plutôt épicé risque d’en refroidir plus d’un, même si le créneau des véhicules luxueux attendait peut-être enfin une véritable minifourgonnette.

Fait intéressant à noter, alors que la Chrysler Pacifica sera disponible dans quelques semaines, une version hybride sera aussi offerte plus tard cette année.

Les frais reliés à l'hébergement, le déplacement et la nourriture ont été payés par le constructeur à l’occasion de ce lancement médiatique.