DIVERTISSEMENT

L'heure du «one man show» a sonné pour Phil Roy

23/03/2016 05:58 EDT | Actualisé 23/03/2016 06:00 EDT
Tele Quebec

Il a fait ses preuves à En route vers mon premier gala Juste pour rire (cuvée 2013), SNL Québec, Le nouveau show, Les enfants Roy, Éric et les fantastiques, et alouette : cinq ans après sa sortie de l’École nationale de l’humour, en 2011, Phil Roy franchira sous peu la cruciale étape du premier one man show. Lui qui, pourtant, ne rêvait pas du tout d’un tel projet à ses débuts dans le métier.

«Un one man show n’était pas du tout dans mes plans, a exposé Phil par voie de communiqué, mercredi. Pourtant, je me suis laissé convaincre, et l’idée de me produire sur scène m’emballe de plus en plus. Le public assistera à un spectacle qui me représente sur tous les points.»

Épaulé par le Groupe Phaneuf (François Bellefeuille, Philippe Laprise, Louis-José Houde, Alexandre Barrette et autres), le sympathique rouquin entamera son rodage dès ce week-end et a déjà bloqué les dates du 25 janvier 2017, pour sa rentrée montréalaise, à l’Olympia, et du 1er février 2017, pour sa première à Québec, à la Salle Albert-Rousseau.

Et ça ressemblera à quoi, ce «spectacle qui lui ressemble sur tous les points»? Simplement, à un garçon de 27 ans, bientôt 28, qui dépeindra sa vision du monde avec, à peine, un soupçon d’immaturité. Jeune adulte ou éternel adolescent? Refuser de vieillir ou accepter ses responsabilités? Phil Roy jongle habilement entre son côté nutritif et son côté givré, et ne se gênera pas pour montrer toutes ses facettes aux gens qui iront le voir. Chose certaine, ses admirateurs retrouveront le jeune artiste un peu fou, rigolo et terre-à-terre qu’ils ont connu à la télévision et à la radio.

Phil Roy signe d’ailleurs ses propres textes, à l’aide d’un coup de pouce de Sébastien Ravary, qui a beaucoup travaillé avec Patrick Huard, et qui a aussi écrit pour SNL Québec et Le nouveau show.

Les billets pour le one man show de Phil Roy sont déjà en vente. Rendez-vous au www.philroy.ca pour en savoir plus.

La fin de «SNL Québec»