NOUVELLES

Les bienfaits du cerveau bilingue se confirment

20/03/2016 08:49 EDT | Actualisé 20/03/2016 08:53 EDT
ISTOCKPHOTO

De plus en plus de recherches scientifiques démontrent que le bilinguisme confère des avantages cognitifs chez l'enfant, qu'il peut s'apprendre avec un haut degré de compétence tout au long de la vie et qu'il offre un effet neuroprotecteur jusqu'en fin de vie. État des connaissances.

Un texte de Michel Rochon

Partout dans le monde, des psychologues, des linguistes et des spécialistes de l'imagerie cérébrale découvrent les avantages de parler deux langues et scrutent les transformations que cette pratique opère sur ce que l'on appelle maintenant le « cerveau bilingue ».

Le bilinguisme est pratiqué par 60 % de la population mondiale. Au Canada, c'est 35 %.

«En fait, la normalité humaine, c'est d'être plurilingue. C'est de parler deux langues, trois langues, quatre langues.»

- Pheadra Royle, linguiste à l'Université de Montréal

Le reportage de Michel Rochon sera présenté dimanche à 18 h 30 à l'émission Découverte sur ICI Radio-Canada Télé.

Une fillette et des lettres

Dans son laboratoire de l'École d'orthophonie et d'audiologie de la Faculté de Médecine de l'Université de Montréal, Pheadra Royle étudie, entre autres, l'impact du bilinguisme chez les enfants qui entrent à l'école primaire. On a longtemps cru qu'être bilingue à cet âge pouvait nuire au bon apprentissage de la langue apprise à l'école.

Ce n'est pas le cas. « On observe que les enfants [bilingues] sont aussi bons que les enfants unilingues et ont même certains avantages », affirme Pheadra Royle à la lumière de ses études. Son équipe a découvert que les enfants bilingues maîtrisent un peu mieux que les unilingues la conjugaison des verbes irréguliers, comme lire et perdre par exemple.

Le seul bémol, c'est qu'à cet âge l'enfant voit son vocabulaire réduit dans chacune des deux langues, mais au total ce vocabulaire sera plus riche que celui d'un enfant unilingue.

Des avantages cognitifs chez l'enfant

Là où l'avantage du bilinguisme est le plus marqué, c'est sur le plan cognitif.

«Il ne s'agit pas d'un quotient intellectuel supérieur, mais bien un bénéfice au niveau des fonctions cognitives que l'on appelle les fonctions exécutives.»

- Diane Poulin-Dubois, professeure de psychologie à l'Université Concordia

Il s'agit ici de l'attention sélective, de la concentration, de la planification et de la résolution de problème.

C'est en pratiquant deux langues à la fois que l'enfant améliore sa flexibilité mentale. Dans le jargon scientifique, on parle de « code switching », c'est-à-dire de l'alternance des codes linguistiques.

« Dans un environnement bilingue, l'enfant fonctionne avec les deux langues en état d'activation constante. Pour utiliser une langue, il inhibe l'autre. C'est une transition constante entre les deux langues. Ça demande une véritable gymnastique de contrôle », affirme la chercheuse Diane Poulin-Dubois, qui étudie et constate ce phénomène chez des enfants aussi jeunes que deux ans.

Par contre, cet effet est plus difficile à mesurer chez les adultes, puisque le développement des fonctions cognitives a atteint un plateau, ce qui rend la mesure en laboratoire plus difficile à démontrer.

Une femme et des lettres

Devenir parfait bilingue à tout âge?

Le neurolinguiste Karsten Steinhauer de l'Université McGill s'intéresse à un concept qui existe depuis des décennies en linguistique : la période critique. « La période critique représente la difficulté que rencontre une personne qui apprend une langue tardivement, soit après la puberté, entre 9 et 12 ans. On dit qu'après cet âge vous ne pouvez acquérir une deuxième langue à un très haut niveau de compétence », affirme ce neurolinguiste qui travaille depuis des années dans son laboratoire à examiner ce concept à l'aide d'expériences qui mesurent l'activité cérébrale.

Ce qu'il a découvert, c'est qu'il n'y a en fait pas d'âge pour devenir très compétent dans l'apprentissage d'une langue seconde. Il a démontré que l'activité cérébrale de ceux qui ont atteint un très haut niveau de compétence plus tard dans la vie est la même que celle utilisée dans la langue maternelle. Karsten Steinhauer appelle ce phénomène le concept de la convergence.

«Ce que cela démontre, c'est que le cerveau n'est pas ce qui nous empêche de devenir parfait bilingue, mais bien souvent notre motivation, notre acceptation de la culture entourant la langue seconde et bien naturellement l'effort.»

- Karsten Steinhauer

Un homme et des lettres

Le bilinguisme et l'effet neuroprotecteur au vieil âge

De récentes études ont démontré que le bilinguisme retarde de quatre à cinq ans l'apparition des symptômes chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Ces résultats encouragent Ana Inés Ansaldo, neuroscientifique au Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, qui étudie les liens entre le langage, le vieillissement et le cerveau. Dans son laboratoire, on étudie entre autres l'effet neuroprotecteur du bilinguisme sur le cerveau rendu au vieil âge.

Un homme et des lettres

Elle et son équipe ont démontré, dans une expérience utilisant l'imagerie par résonnance magnétique, que le cerveau des personnes bilingues n'a pas à utiliser les régions du lobe frontal responsables de l'analyse et de la prise de décision lorsqu'elles doivent exécuter des tâches qui demandent de faire des choix, comme entre des objets de différentes couleurs qui se déplacent dans l'espace, ce que font les personnes unilingues.

Les bilingues n'utilisent que les régions postérieures du cerveau, les aires que l'on appelle visuospatiales, des aires qui sont chargées du traitement des stimuli et des déplacements dans l'espace.

« C'est qu'une vie entière à constamment passer d'une langue à l'autre fait appel au contrôle inhibiteur, dans des situations où il faut gérer des interférences et des codes différents », explique la neuroscientifique Ansaldo, qui croit que cela explique pourquoi les personnes bilingues souffrant de la maladie d'Alzheimer ne sont pas atteintes des symptômes graves aussi rapidement.

«Les plaques amyloïdes caractéristiques de la maladie d'Alzheimer ont tendance à se former plus rapidement dans les aires décisionnelles du lobe frontal, celle que les unilingues sollicitent beaucoup plus que les bilingues. Il y a donc un avantage pour les bilingues.»

- Ana Inés Ansaldo

Pour ces chercheurs, le bilinguisme - quelles que soit les langues parlées – a un impact sur la façon dont nous utilisons notre cerveau et notre façon de communiquer.

VOIR AUSSI :

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Le Seigneur des Anneaux

    J.R.R. Tolkien a inventé plus de dix langues et autant d'alphabets pour échafauder l'univers du Seigneur des Anneaux. Il aurait été dommage de ne pas en profiter dans la trilogie de Peter Jackson adaptée de l'œuvre du professeur.



    Chaque peuple de la Terre du milieu possède donc sa propre langue, vous avez le choix entre le sindarin ou le quenya pour les Elfes, le khuzdul pour les Nains ou l’adûnaic pour les hommes de Númenor.
  • La Guerre du feu

    La Guerre du feu, réalisé par Jean-Jacques Annaud, et sorti en 1981, a beau être un film d'aventure préhistorique, il n'est pas dépourvu d'intérêt en matière de langage.



    Le Ulam, parlé par les trois tribus d'Homo sapiens suivies par le spectateur, a été inventé par le linguiste Anthony Burgess. Même si les dialogues ne sont pas intelligibles, ils ont pourtant été conçus de manière réfléchie.
  • Avatar

    James Cameron ne veut rien laisser au hasard. Pour sa saga de science-fiction, le réalisateur américain a demandé au linguiste Paul Frommer d'inviter un dialecte que les habitants de Pandora, les Na'vi, pourront utiliser pour casser du sucre sur le dos des humains.



    Frommer s'est reposé sur la grammaire de certaines langues polynésiennes mais a surtout pu compter sur le zèle de Cameron qui avait déjà écrit des mots et composé des chansons en langage Na'vi.
  • Blade Runner

    Quelle langue parle-t-on dans le Los Angeles de Blade Runner en 2019? Beaucoup d'anglais contemporain, certes, mais aussi un joli melting pot imaginé par l'acteur Edward James Olmos.



    Celui qui incarne Gaff mélange hongrois, allemand, français et quelques ingrédients inconnus pour s'exprimer dans une sorte de melting pot vaguement proche de l'Esperanto.
  • John Carter

    Disney a peut-être perdu beaucoup d'argent avec cette libre adaptation du roman de science-fiction Une princesse de Mars de l'auteur américain Edgar Rice Burroughs, paru en 1917, mais le cinéma s'est enrichi d'un nouveau langage.



    Le Barsoomian a été élaboré par... Paul Frommer qui a du prendre en compte le fait que les pronoms et les prépositions s'échangent de manière télépathique.
  • Jacky au Royaume des Filles

    En république populaire et démocratique de Bubunne, on parle français avec quelques nuances comme le confiait Riad Sattouf le réalisateur au HuffPost. "J'ai féminisé certains mots d'autorité. Un blasphème est devenu une 'blasphèmerie'."



    "Ce jeu sur le langage me permet de renvoyer une image miroir du monde réel", poursuit le cinéaste. "Dans l'autre sens, j'ai pris une culotte, qui est plutôt sexy quand on l'associe à une fille, pour la transformer en 'culottin', qui s'avère un peu ridicule quand il est porté par des hommes se trémoussant devant une glace."
  • Star Trek

    Le klingon est parlé par une espèce extraterrestre venant de la planète Kronos. Il apparaît notamment dans le sixième volet de la franchise Star Trek (Terre inconnue). Elle a été élaborée par Marc Okrand.



    Sa grammaire inspirée des langues amérindiennes et sa syntaxe agglutinante n'ont pas empêché les Trekkies de l'apprendre (grâce notamment à l'institut dédié fondé aux États-Unis qui dispense un enseignement reconnu).
  • Star Wars

    Tout le monde aurait besoin d'un bon droïde protocolaire pour être capable de décrypter le langage d'un Hutt. Dans le bestiaire de Star Wars, George Lucas offre à Jabba quelques mots de vocabulaire dans sa langue natale.



    Des répliques que le réalisateur n'a jamais offert aux pauvres Ewoks, peluches d'Endor pourtant portées sur la chanson. Enfin, seule une fréquentation assidue de Chewbacca permet à Han Solo de décrypter le wookie.

  • Le Jour où la Terre s'arrêta

    Dans ce classique pacifiste de la science-fiction réalisé par Rober Wise, Klaatu et le robot Gort débarquent à Washington en soucoupe afin d'avertir la population qu'elle courre à sa perte.

    Peu de dialogue en langue extraterrestre mais une phrase devenue culte: "Klaatu barada nikto" imaginée par le scénariste du film Edmund H. North et dont le sens précis reste sujet à interprétation.

  • Les Minions

    "Helopo" pour "au secours", "mina" pour le chat, le langage des Minions est un des atouts qui expliquent leur domination au box-office. Universal l'a exploité en sortant notamment une application mobile qui permet de les traduire.



    "La manière dont je procède techniquement, c’est que je m’enregistre au ralenti pour me remettre ensuite à vitesse réelle – qui semble du coup accélérée", explique Pierre Coffin dans Le Point. "Tout est dans la mélodie des sonorités: on comprend instinctivement."