NOUVELLES

Semaine de la francophonie: les défis du français pour les nouveaux arrivants

16/03/2016 08:54 EDT | Actualisé 17/03/2017 05:12 EDT

Que ce soit pour les enfants, les adolescents ou les adultes, l'intégration des nouveaux arrivants au Québec doit passer par l'apprentissage du français. Certaines écoles de la grande région de Montréal ont le mandat de franciser les élèves du primaire et du secondaire dans des classes d'accueil qui se concentrent sur l'enseignement du français en vue de faire un pont vers l'enseignement normal.

Un texte d’Anne-Louise Despatie

La grande souplesse des classes d'accueil du primaire

Les enfants d'Émilie Gohier, âgés de 9 et 11 ans, ont fait plusieurs détours dans leur cheminement scolaire. Ils n'avaient même pas encore appris à écrire dans leur langue maternelle quand ils sont arrivés au Québec. Malgré leur âge différent, cette enseignante de la Commission scolaire de Laval doit préparer des exercices convenant à tous les niveaux du primaire.

Dans les deux dernières semaines, l'enseignante a accueilli quatre nouveaux élèves syriens. Au moment des ateliers, elle a donc un nouveau groupe. «En théorie, il faut une bonne année en classe d'accueil avant que les enfants puissent intégrer une classe ordinaire. Mais certains vont le faire plus rapidement», explique Émilie Gohier.

Au pavillon Saint-Charles de l'école Desormeaux de Laval, un enfant sur trois est dans une classe d'accueil pour apprendre le français.

Enseigner le français aux adolescents du secondaire

Elle-même immigrante venue de Roumanie, l'enseignante Agneta Rubik comprend bien le parcours de ses élèves.

Dans la classe d'accueil au secondaire, on se concentre sur l'enseignement du français et des mathématiques. «Chacun d'entre nous aide l'autre : quand on est ici, on est une famille», dit Youssef Zeghloul, un élève qui est arrivé du Maroc à l'automne et qui doit parfaire ses connaissances du français écrit et de la grammaire avant d'aller dans une classe ordinaire.

Apprendre le français à l'âge adulte

C'est sur une base volontaire que les nouveaux arrivants s'inscrivent au programme de francisation du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion. Il y a trois niveaux comprenant 11 semaines de cours à temps plein et un dernier niveau à temps partiel.

Dépenses en francisation au Québec selon les années financières :

- 2005-2006 : 44 338 000 $

- 2010-2011 : 67 582 000 $

- 2014-2015 : 64 122 000 $

Délai pour le programme de francisation à temps plein

Le ministère s'engage à ce que le délai maximal pour commencer un cours de français à temps complet à compter de la date de confirmation de l'admissibilité soit de 65 jours. Le délai moyen pour commencer un cours de français à temps complet, pour l'ensemble des régions administratives, en 2015-2016 est de 39,8 jours.

Source : Ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion

Quelques témoignages d’enseignants et d’étudiants en francisation


Nombres de classes d'accueil à la CSDM

- 37 classes au préscolaire

- 77 classes au primaire

- 51 classes au secondaire

Source : Commission scolaire de Montréal

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter