NOUVELLES

États-Unis : la Fed fait une pause sur les taux face aux «risques» mondiaux

16/03/2016 03:14 EDT | Actualisé 16/03/2016 03:14 EDT
Bloomberg via Getty Images
Janet Yellen, chair of the U.S. Federal Reserve, speaks during a news conference following a Federal Open Market Committee (FOMC) meeting in Washington, D.C., U.S., on Wednesday, March 16, 2016. Federal Reserve officials held off from raising borrowing costs and scaled back forecasts for how high interest rates will rise this year, citing the potential impact from weaker global growth and financial-market turmoil on the U.S. economy. Photographer: Drew Angerer/Bloomberg via Getty Images

La banque centrale américaine (Fed) a opté pour le statu quo et décidé mercredi de ne pas relever ses taux directeurs en invoquant les "risques" posés par la situation économique mondiale.

A l'issue de deux jours de réunion à Washington, son comité de politique monétaire (FOMC) a décidé de maintenir les taux d'intérêt dans leur fourchette actuelle comprise entre 0,25% à 0,50%, conformément aux attentes des marchés.

Lors de sa précédente réunion fin janvier, la Fed avait déjà choisi de faire une pause dans la normalisation de sa politique monétaire après avoir augmenté d'un quart de point ses taux en décembre pour la première fois depuis presque dix ans.

Pour justifier ce nouvel accès de prudence, la Fed insiste fortement sur les turbulences sur les marchés mondiaux, alimentées par le ralentissement économique de la Chine, le coup de mou des autres grands pays émergents du globe et la chute des cours des matières premières dont le pétrole.

"La situation économique et financière mondiale continue de poser des risques", écrivent les membres du FOMC dans leur communiqué, une terminologie nouvelle qui reflète une inquiétude accrue depuis leur réunion de la fin janvier.

Pour déterminer si un nouveau tour de vis monétaire s'impose dans les prochains mois aux Etats-Unis, la Fed répète par ailleurs qu'elle "évaluera" notamment l'évolution de la situation sur le globe.

La Réserve fédérale opte pour cette position attentisme à l'heure où ses homologues japonaise et surtout européenne renforcent leurs politiques monétaires accommodantes pour soutenir une activité morose.

La Banque centrale européenne vient ainsi d'augmenter ses rachats d'obligation et d'adopter des taux négatifs dans l'espoir de libérer les cordons du crédit.

Tableau contrasté

Sur le front intérieur, la Fed brosse un tableau légèrement plus optimiste mais très contrasté.

Dans son communiqué, elle note que l'activité aux Etats-Unis a progressé "malgré" la situation internationale et se félicite du "nouveau renforcement" du marché du travail à l'heure où le taux de chômage évolue à son plus bas niveau depuis 8 ans (4,9%).

L'état du marché de l'immobilier - épicentre de la crise de 2008-2009 - s'est encore "amélioré" et les dépenses de consommation des ménages, moteur de la croissance américaine, continuent de progresser, note encore la banque centrale.

Point positif alors qu'elle vise un objectif d'inflation de 2%, la Fed relève que l'inflation s'est "accélérée ces derniers mois" même si elle reste éloignée de sa cible.

Mais, la Fed signale également quelques points noirs. L'investissement des entreprises et les exportations, pénalisées par le dollar fort, restent "faibles", déplore le FOMC.

Signe de cet optimisme très mesuré, la Fed a par ailleurs revu en baisse sa prévision de croissance pour cette année comme pour l'année prochaine dans ses nouvelles projections dévoilées mercredi.

Le produit intérieur brut (PIB) américain devrait progresser de 2,2% sur un an au dernier trimestre 2016, soit 0,2 point de moins que ce qui était prévu il y a trois mois.

Très suivie par les marchés, la prévision médiane du niveau des taux d'ici la fin de l'année montre que les membres du Comité sont beaucoup plus prudents.

La majorité des membres du Comité monétaire jugent que les taux d'intérêt se situeront à 0,9% fin 2016 au lieu de 1,4% lors de leur projection de décembre.

Cela correspondrait à seulement deux hausses de taux de 0,25 point de base contre quatre, selon la précédente estimation.

Dans son communiqué, la Fed se cantonne à son langage actuel en répétant que les prochains éventuels relèvements seraient "graduels" et dépendront des données économiques.

Au cours des récentes semaines, plusieurs responsables de la Fed avaient déjà appelé à la prudence et plaidé pour une pause sur les hausses des taux, qui renchérissent mécaniquement le coût du crédit.

Cette position attentiste n'a toutefois pas fait l'unanimité mercredi.

Une membre du FOMC, Esther George, a ainsi voté contre la décision de laisser les taux inchangés en plaidant pour une nouvelle hausse de 0,25 point de pourcentage, indique le communiqué du FOMC.

Les 10 plus grosses entrées en bourse de la net-économie

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter