DIVERTISSEMENT

Le groupe Montréal Horn Stars fait sa place

07/03/2016 07:10 EST | Actualisé 07/03/2016 12:00 EST
Jean-François Cyr

Un quintette de musiciens de cuivres hautement qualifiés commence à attirer l’attention dans la métropole. Le Montréal Horn Stars, formé de professionnels reconnus et polyvalents, a tout ce qu’il faut pour livrer du bon matériel, que ce soit en spectacle ou en studio. Encore tout jeune, ce projet est fort prometteur. La bande offrira d’ailleurs un spectacle avec artistes invités (dont Bernard Adamus et Pierre-Philippe Côté), lundi soir, au Quai des brumes. Rencontre avec deux des fondateurs, le corniste en vue Louis-Pierre Bergeron et le tromboniste à tout faire Renaud Gratton.

«Montréal Horn Stars est né d’une envie de produire notre propre musique, raconte Renaud Gratton (Philippe B, Bernard Adamus, Les sœurs Boulay). On se connaît depuis des années. En plus, on s’est croisé sur plein de projets au fil du temps […] Un jour, j’ai proposé aux gars l’idée de créer un band de brass (cuivres). Ce sont des chums et en plus ce sont de maudits bons musiciens. Le groupe est né l’année passée, en janvier.»

Les trois autres membres du groupe sont Jean-Sébastien Vachon (Patrick Watson, Vic Vogal, Misteur Valaire, Jean-Pierre Ferland), au tuba et trombone basse, ainsi que David Carbonneau (Patrick Watson, Catherine Major, Yann Perreau, Damien Robitaille) et Jérôme Dupuis-Cloutier (Bernard Adamus, Les Cowboys Fringants, Cirque du Soleil, carrière solo) à la trompette.

«Un quintette de cuivre, c’est souvent une formation standard qui joue un répertoire de pièces établies qui datent souvent des XIXe et XXe siècles, explique Bergeron (Orchestre métropolitain et Orchestre symphonique de Trois-Rivières). Trois gars du groupe ont beaucoup fait ça durant leur formation. De toute façon, la plupart d’entre nous avons grandi en faisant beaucoup de standards de jazz. C’est bien, mais c’est plaisant de jouer autre chose… Pour ma part, je fais surtout de la musique classique. Renaud et Jean-Sébastien, eux, ont eu la chance de toucher à différents trucs, dont la musique pop.»

Forces de frappe

«C’est génial de pouvoir mettre nos forces en commun dans un quintette qui explore, accompagne ou propose ses propres arrangements. En spectacle, un quintette de cuivres, c’est rare aujourd’hui. Pourtant, ça frappe. On peut livrer nos propres concerts ou accompagner un artiste sur scène. En plus, on peut créer nos arrangements.»

En effet, les membres du quintette aimeraient éventuellement proposer leurs propres compositions. Gratton et Bergeron admettent toutefois que ce n’est pas simple de créer des morceaux «groovy» et pas trop contemporains. Pour y arriver, ils misent notamment sur Dupuis-Cloutier, qui est également auteur-compositeur. «Il fait de la musique de film et plein d’autres trucs, souligne Louis-Pierre Bergeron. À moyen terme, il va écrire des morceaux pour le groupe.»

«Dans le quintette, il ajoute un côté très créatif, renchérit Gratton. Il a toujours fait de la musique et il est dans plein de projets […] Chose certaine, on veut sortir du carcan traditionnel. De toute façon, ça existe déjà, comme le groupe Canadian Brass.»

Jusqu’à maintenant, le groupe a livré des prestations dans diverses salles et bars de Montréal. Il a également donné quelques spectacles pour la Ville.

«L’autre volet intéressant, c’est le travail en studio, affirme Renaud Gratton. On connaît de nombreux réalisateurs, les Éloi Painchaud et Olivier Langevin de ce monde, qui ont souvent besoin de musiciens. On pense qu’ils pourraient être intéressés, un jour ou l’autre, à faire appel à nos services. Un groupe soudé, qui propose un éventail de possibilités. David Carbonneau est d’ailleurs constamment appelé pour plein de trucs. C’est un des meilleurs jazzmen de trompette au Québec.»

«De classe et de haut calibre»

«Jérôme et Renaud ont déjà joué avec moi, il y a plus de deux ans, note l’auteur-compositeur-interprète Bernard Adamus. J’ai utilisé des cuivres en show, mais cette fois, c’est différent. Ils sont cinq gars. Les Horn Stars, c’est un beau kick. Pour mes chansons (qui seront proposées lundi soir), ils apportent du souffle et une autre couleur. C’est un autre buzz. C’est quand même un quintette de classe et de haut calibre. C’est la grosse coche, comme on dit.»

Questionné quant au désir de travailler dans le futur avec un tel groupe en studio ou en concert, Bernard Adamus a reconnu la grande valeur du Montréal Horn Stars. «Oui, je pourrais faire appel à un quintette comme ça pour créer un album. Pour mes shows en tournée, je ne suis pas certain, parce que mes tounes sont déjà très chargées. Pour un disque, tu peux l’orchestrer et prendre ton temps…»

Du côté de Pierre-Philippe Côté (alias Peter Henry Phillips ou encore Pilou), il semble qu’une collaboration plus élaborée est imminente : «Ça fait longtemps que j’ai ça en tête, dit-il. En plus, Desjardins travaille avec eux et c’est un arrangeur de fou. Je n’ai encore rien dit aux gars, mais j’ai l’intention d’enregistrer cinq morceaux (un EP) avec eux cet été. Je suis un peu tanné des formules de shows qui impliquent trois multi-instrumentistes qui font tout en même temps sur scène.»

Côté, qui est de plus en plus impliqué dans des projets de musique de film et des téléséries, indique qu’un quintette d’aussi grande qualité sera un atout pour d’éventuelles productions. «J’engage déjà des ensembles, comme des quatuors à corde. Je demande aussi à des musiciens de cuivre de venir en studio, régulièrement. Un noyau de musiciens habitués de jouer ensemble, c’est génial. Et en concert, ça peut vraiment être incroyable pour un artiste qui veut sortir de l’ordinaire...»

Le quintette offrira un concert au Quai des Brumes, lundi à 20h30, avec chanteurs invités : Bernard Adamus, Pierre-Philippe Côté, Antoine Gratton et Guillaume Beauregard.

Ceux-ci offriront trois ou quatre chansons de leur répertoire respectif en plus d’une reprise de leur choix (Adamus chantera You Know I’m No Good d’Amy Winehouse). Le batteur Gabriel Lemieux-Maillé s’ajoutera aux musiciens du Montréal Horn Stars pour la soirée. C’est Gabriel Desjardins, un collaborateur, qui a signé les arrangements pour ce spectacle.

Voir aussi:

Quelques albums québécois attendus en 2016


Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter