BIEN-ÊTRE

Défilés parisiens: doudounes chics et luxueuses armures

07/03/2016 01:44 EST | Actualisé 07/03/2016 01:44 EST
AP

Pour affronter l'hiver prochain, Stella McCartney propose d'élégantes doudounes et Sacai de luxueuses armures. Leonard se ressource dans le bohème-chic et Giambattista Valli cultive le romantisme: revue de quelques défilés qui ont marqué lundi la Fashion Week parisienne.

Comment porter la doudoune avec style?

Stella McCartney, avec sa touche décontractée chic, la propose version velours en bronze, sans manches. Ou noire à motifs losanges, déclinée en blouson, manteau, et même en short.

Le gonflé côtoie le plissé: la créatrice britannique joue avec les volumes, les rondeurs contre les angles. Mais aussi les contrastes de matières: le lamé des plis de jupes se dévoile avec le mouvement de la marche.

Un imprimé de cygnes glisse sur la collection: sur une robe XXL ornée de volants froncés, sur un pantalon large ou un chemisier en soie. Les pièces féminines comme les fines robes à dentelles, plissés et transparences, côtoient un vestiaire plus sportswear, avec une veste en jean géante, tie and dye.

-L'armée Sacai

La créatrice japonaise Chitose Abe fait défiler une guerrière urbaine parée d'écussons brodés, portant des vestes d'officier en organza, des jupes à poches et à zips.

Les attaches structurent la silhouette: des ceintures à oeillets se nouent sur des jupes à hauteur des cuisses ou enserrent les jambes d'un pantalon. Des sangles entourent le cou, se nouent sous la poitrine, des brassards en cuir s'accrochent aux bras.

-Le retour aux sources de Leonard

Créée en 1958, la maison Leonard Paris s'offre un retour aux sources pour l'automne et l'hiver prochains avec une collection bohème-chic signée par un studio de style interne, après le départ récent de la créatrice Yiqing Yin, également à la tête de sa propre marque.

La femme Léonard est élégante et dynamique, célébrant le style des grandes mondaines des années 70 comme Marisa Berenson ou Loulou de la Falaise : allure sophistiquée et conquérante avec des costumes cintrés en velours rehaussés de paillettes, mais aussi beaucoup de blouses, de robes fluides et ceinturées célébrant les imprimés floraux, emblématiques de la maison.

-Le romantisme de Giambattista Valli

Plissés pastels, imprimés floraux ou géométriques à la façon de délicats tatouages faussement griffonnés et parfois superposés, jupes et robes brodées tout en légèreté et transparences, portées aussi bien avec des bottes hautes lacées que de simple ballerines : l'Italien Giambattista Valli a présenté sous les cimaises du Grand Palais une collection romantique pour l'automne et l'hiver prochains.

Les manteaux plutôt courts sont coupés dans des matières bouillonnantes et douces, en mode grizzly. D'autres propositions juxtaposent l'effet fourrure et les imprimés. Alternative rock'n roll: un blouson de cuir glacé et son col en façon astrakan.

-Dans les atelier de Paule Ka

Deux couturiers en train de retoucher une robe sur un mannequin, des toiles, des patrons, des rouleaux de tissus: bienvenue dans l'ambiance des ateliers Paule Ka, recréés au sein du Palais du Tokyo.

La nouvelle directrice de la création, Alithia Spuri-Zampetti, nommée en juillet, y dévoilait sa première collection. Chargée d'ouvrir un "nouveau chapitre" pour la maison, la créatrice italo-américaine de 31 ans a précédemment travaillé chez Lanvin, Valentino et Bottega Veneta. Les silhouettes sont juvéniles, aux influences sixties, caractéristiques de la griffe, avec des jupes ballon ou trapèze, des noeuds et dentelles en trompe-l'oeil.

Le défilé Stella McCartney automne-hiver 2016-2017

Abonnez-vous à HuffPost Québec Style sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Style sur Twitter