NOUVELLES

Trump, Cruz et Sanders remportent chacun deux États

05/03/2016 06:14 EST | Actualisé 06/03/2016 07:51 EST
J Pat Carter via Getty Images
OKLAHOMA CITY, OK - FEBRUARY 28: Republican presidential candidate Ted Cruz makes a speech to supporters during a campaign rally February 28, 2016 in Oklahoma City, Oklahoma. Cruz discussed his plans to improve the country and his commitment to uphold the Constitution. (Photo by J Pat Carter/Getty Images)

Les primaires et caucus républicains de samedi se sont soldés sans vainqueur clair. Ted Cruz et Donald Trump ont chacun remporté deux États, signe que la course républicaine est encore loin d'être gagnée. Du côté des démocrates, Bernie Sanders a remporté les caucus au Kansas et du Nebraska, alors que Hillary Clinton a arraché la Louisiane, un autre verdict partagé des électeurs américains.

Le sénateur texan Ted Cruz a facilement remporté le Kansas et le Maine, alors que l'homme d'affaires Donald Trump a obtenu la victoire en Louisiane et au Kentucky, ce qui montre que sa popularité a des échos un peu partout aux États-Unis.

Devant ses partisans réunis en Idaho, où aura lieu une primaire mardi, Ted Cruz s'est réjoui de la « manifestation d'un réel élan » en sa faveur dans la course. Ce favori du mouvement Tea Party a estimé que les résultats de samedi devraient envoyer le message que la course à l'investiture républicaine est loin d'être terminée et que le statu quo ne durera pas.

Le sénateur de la Floride Marco Rubio a fait chou blanc malgré l'appui de plusieurs élus du parti, soulevant de sérieuses questions sur la viabilité de sa campagne. M. Rubio fonde de grands espoirs sur la primaire en Floride, dont il espère obtenir les 99 délégués le 15 mars.

Dans son discours, Ted Cruz a laissé entendre qu'il était temps que Marco Rubio et le gouverneur de l'Ohio John Kasich quittent la course, estimant que la division du vote favorisait M. Trump.

Le milliardaire a tenu des propos semblables envers le sénateur de la Floride. Dans son discours en fin de soirée à West Palm Beach, il a affirmé qu'il était « probablement temps » que M. Rubio se retire de la course. Il a également félicité M. Cruz pour ses victoires, en lançant qu'il était normal qu'il ait remporté le Maine « parce que c'est très proche du Canada », une référence au lieu de naissance de son rival.

Après le super mardi qui, cette semaine, a confirmé l'avance de Donald Trump et de Hillary Clinton, 155 délégués étaient en jeu samedi chez les républicains, contre 109 chez les démocrates.

L'élite politique du Parti républicain cherche de plus en plus activement le moyen d'arrêter le milliardaire controversé, possiblement en « convention négociée », si aucun des candidats ne parvient à obtenir les 1237 délégués nécessaires pour remporter la nomination. Dans un tel scénario, les délégués seraient alors libérés du vote qu'ils auraient déjà accordé et devraient voter de nouveau.

Du côté des démocrates, Bernie Sanders a obtenu une victoire facile au Nebraska. Les autorités du parti ont annoncé qu'il avait remporté les caucus au Kansas, ce qui lui donne sept victoires jusqu'à maintenant dans la course à l'investiture démocrate, contre 11 pour sa rivale. Hillary Clinton, qui obtient de bons scores parmi les Afro-Américains, a remporté la Louisiane avec une large avance.

Contrairement aux dernières élections primaires, Bernie Sanders a livré son discours avant que les résultats ne soient connus. Il s'est livré à une charge contre Mme Clinton, ridiculisant notamment le salaire qu'elle a reçu pour ses discours.

Dans un discours sobre à Detroit, la meneuse de la course démocrate a déclaré qu'elle était ravie d'obtenir de nouveaux délégués et qu'elle s'attendait à obtenir de bons résultats à la primaire au Michigan, mardi.

« Peu importe qui remporte l'investiture démocrate, je n'ai aucun doute sur le fait que notre pire jour sera infiniment meilleur que les républicains dans leurs meilleurs jours », a-t-elle lancé.

Mme Clinton détient une avance confortable sur M. Sanders, avec au moins 1117 délégués, contre 477 pour son rival. Il faut 2383 délégués pour gagner la nomination démocrate.

Dans la course républicaine, M. Trump mène avec 375 délégués. Ted Cruz en a 291, comparativement à 123 pour Marco Rubio et 33 pour John Kasich.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Les polémiques de Donald Trump en campagne