NOUVELLES

Quand le pharmacien vous prépare un médicament sur mesure

28/02/2016 10:25 EST | Actualisé 28/02/2016 10:26 EST
Radio-Canada.ca

Une femme affligée de terribles migraines peine à trouver le médicament qui lui convient, car un géant pharmaceutique l'a laissée tomber. Elle finit par trouver la solution : une préparation magistrale, soit un remède fabriqué à la main par le pharmacien.

Un texte d'Esther Normand

Sylvie Carrier a commencé à souffrir de migraines en 1993. Cette travailleuse autonome a des crises fréquentes qui nuisent à sa carrière et à sa qualité de vie. Son neurologue, Michel Aubé, lui prescrit alors un vieux médicament qui a fait ses preuves : le Cafergot, le nom commercial pour l'ergotamine.

Il a changé ma vie, oui, jusqu'au jour où j'ai appris par mon pharmacien que le médicament était discontinué. [Ce fut] la panique.

- Sylvie Carrier

Arrêt de production

Le géant pharmaceutique Novartis a avisé Santé Canada en 2014 qu'il interrompait la distribution du Cafergot au Canada pour des raisons commerciales. Le professeur émérite Jean-Louis Brazier, du Département de pharmacie de l'Université de Montréal, dénonce cette décision, ajoutant que « ça ne se fait pas ».

«J'estime qu'elle [l'entreprise] n'a pas raison, surtout si c'est pour des raisons purement financières, surtout que le produit, [pour] une compagnie comme Novartis, ça doit représenter quelque chose de très minime.»

- Jean-Louis Brazier, professeur émérite à l'UdeM

Novartis prétend que le Cafergot n'est pas recommandé au Canada pour le traitement des crises aiguës de migraine, une affirmation que rejette le neurologue de Sylvie Carrier, le Dr Aubé, coauteur du Guide canadien dans le traitement aigu de la migraine.

Selon lui, le Cafergot est toujours efficace pour 30 % des malades qui, comme sa patiente, ne répondent pas aux nouveaux médicaments, les triptans. Il constate que ces patients sont alors « très mal pris ».

Bouée de sauvetage inédite

Sylvie Carrier part donc à la recherche d'une solution de rechange. Elle apprend que des pharmaciens font des médicaments à la main, qu'on appelle les préparations magistrales.

Jean-Philippe Gentès, copropriétaire de Gentès & Bolduc Pharmaciens, un des plus importants laboratoires de préparations magistrales au Canada, explique que ces mixtures se « faisaient à partir du moment où l'apothicaire a commencé à exister ».

«La préparation magistrale, même si ça demeure un produit d'exception, c'est quelque chose qui peut parfois sauver des vies ou améliorer les conditions des patients.»

- Jean-Philippe Gentès, copropriétaire de Gentès & Bolduc Pharmaciens

La directrice générale et secrétaire de l'Ordre des pharmaciens du Québec, Manon Lambert, précise qu'il s'agit d'une méthode artisanale encadrée par des normes strictes. Cela représente une bonne solution de rechange quand l'industrie pharmaceutique n'a rien à offrir, dit-elle.

Sylvie Carrier espère qu'elle pourra, comme des dizaines de milliers de patients, profiter de l'expertise de ce laboratoire. On doit d'abord s'assurer de trouver, dans le monde, une molécule de qualité pour faire ses capsules d'ergotamine.

Finalement, le laboratoire est en mesure de lui préparer des capsules sur mesure et Sylvie Carrier a pu retrouver sa « qualité de vie ».

Regardez le reportage d'Esther Normand et de Michel Philibert diffusé le 1er mars à l'émission La facture sur ICI Radio-Canada Télé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter