BIEN-ÊTRE

David Suzuki prédit que Justin Trudeau finira par décevoir les écologistes et les Autochtones (VIDÉO)

26/02/2016 05:50 EST | Actualisé 26/02/2016 11:34 EST

Alors qu'il soufflera sous peu ses 80 bougies dans une forme physique extraordinaire et qu'il se réjouit de la fin du règne de Stephen Harper, David Suzuki n'en reste pas moins sceptique quant à l'avenir. Malgré toute la confiance qu'il a en Justin Trudeau, le scientifique prédit que ce dernier finira, tôt ou tard, par le fâcher et le décevoir.

«Si je suis content que Trudeau soit élu? Oh que oui! Youpi!» lance l'environnementaliste en levant les bras au ciel. «Je sais que l'environnement ça lui tient à coeur, mais c'est la politique qui va compliquer les choses», dit David Suzuki, en entrevue avec le Huffington Post Québec en marge de sa soirée d'anniversaire soulignée jeudi au Centre canadien d'architecture, à Montréal.

Celui qui a mis sur pied la Fondation David Suzuki en 1990 prédit que la lune de miel du premier ministre ne sera pas éternelle. «Il va vouloir faire élire des députés en Alberta, il sera sur une ligne sinueuse [...] et éventuellement il va prendre des décisions qui vont rendre les gens comme moi fâchés», ajoute-t-il. Par exemple, il rappelle que le gouvernement Trudeau ne s'est pas encore prononcé pour ou contre le projet de pipeline Énergie-Est, qui vise à acheminer vers l'est du pays du pétrole issu des sables bitumineux, en le faisant passer notamment par le territoire québécois.

Les lobbies pétroliers s'assurent de faire de grandes pressions sur le gouvernement fédéral, soutient M. Suzuki. «C'est pourquoi il est important que des groupes de pression comme le nôtre rappellent à M. Trudeau, tout au long de son mandat, que la majorité des Canadiens sont en faveur des énergies vertes et d'une ligne dure à l'endroit des énergies fossiles.»

«Je m'attends à être déçu (de Justin Trudeau), mais c'est ça la politique.» -David Suzuki, environnementaliste

Non seulement le gouvernement Trudeau risque de créer des déceptions du côté des groupes environnementalistes, mais il risque aussi d'en faire chez les communautés autochtones, à qui le nouveau premier ministre a fait beaucoup de promesse. «Encore une fois, je sais qu'il est sincère et qu'il veut véritablement changer leur sort. Mais il finira par les décevoir aussi», conclut David Suzuki.


LIRE AUSSI:

David Suzuki annule son aller simple vers Mars

La Fondation David Suzuki a 25 ans

La comparaison sur les compagnies pétrolières et l'esclavage fait froncer les sourcils

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Des initiatives écologiques inspirantes