POLITIQUE

Charkaoui et le Collège Maisonneuve : la SQ doit enquêter, croit Legault

25/02/2016 05:40 EST | Actualisé 25/02/2016 05:51 EST

QUÉBEC – Le chef de la CAQ juge «très inquiétant» d’apprendre qu’Adil Charkaoui continue d’opérer au Collège de Maisonneuve, à Montréal.

«C'est très inquiétant, très, très inquiétant», a-t-il déclaré en point de presse jeudi matin.

«Quand c'est rendu qu'un gymnase est utilisé par monsieur Charkaoui pour venir prêcher, là, au lieu de pratiquer un sport, c'est inquiétant», a-t-il ajouté.

Dimanche dernier, le prédicateur a été vu en train de prier en compagnie d’une dizaine d’hommes dans un gymnase loué sous le prétexte d’une partie de soccer, rapporte La Presse. Une altercation a éclaté quand un gardien a interpellé le groupe d’hommes et le SPVM a dû intervenir.

«Je ne peux pas croire que le Collège Maisonneuve va permettre à quelqu'un comme monsieur Charkaoui de continuer à aller prêcher contre les valeurs québécoises, d'aller indirectement essayer d'attirer des jeunes vulnérables dans des positions radicales, a ajouté François Legault. On l'a déjà demandé, nous. On demande qu'il y ait une enquête de la SQ et qu'on prenne les événements au sérieux.»

Le chef caquiste a précisé que l’enquête devait porter «sur ce qui se passe au Collège Maisonneuve», et non spécifiquement sur Adil Charkaoui.

François Legault n’exclut pas non plus la nécessité d’une intervention de la ministre de l’Enseignement supérieur auprès de la direction de l'établissement. «Il ne faut rien exclure à ce moment-ci, mais de toute évidence, il y a un problème. Puis la directive doit être très claire de la part de la ministre de l'Éducation supérieure», estime-t-il.

Le chef de la CAQ invite le gouvernement Couillard à légiférer pour offrir des balises aux directions d’établissements scolaires. «Il faut qu'on adopte une loi pour interdire de prêcher contre les valeurs québécoises, c'est aussi simple que ça», estime François Legault.

«Puis il faut se méfier des intégristes, des islamistes, ajoute-t-il. Il faut oser nommer le problème, mais monsieur Couillard a un malaise avec ça. Il va falloir qu'il légifère puis qu'il légifère d'une façon un peu plus serrée que l'espèce de patente, là, qu'il a déposée, qui s'appelle la loi n° 59.» Ce projet de loi porte sur les discours haineux.

L’an dernier, la CAQ a proposé au gouvernement de modifier la Charte québécoise des droits et libertés pour interdire les pratiques contraires aux valeurs québécoises. Le parti suggérait aussi de retirer les avantages fiscaux et les certificats d’occupation d’immeubles aux groupes prônant ces pratiques.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les citations politiques de l'année 2015