NOUVELLES

Les 28-34 ans plus riches que jamais

24/02/2016 05:23 EST | Actualisé 24/02/2016 05:24 EST
shironosov

Un rapport confidentiel du ministère fédéral des Finances démonte le cliché du jeune adulte canadien aux prises avec des problèmes financiers, d'importantes dettes d'études, un travail précaire et vivant dans le sous-sol de chez ses parents.

L'étude, obtenue par le réseau anglais de Radio-Canada grâce à la Loi sur l'accès à l'information, montre au contraire que les Canadiens qui faisaient partie du groupe des 28-34 ans en 2012 étaient alors la génération la plus riche de l'histoire du pays.

« Les jeunes Canadiens [...] nés dans la première moitié des années 80 avaient en moyenne un actif net de presque 93 000 $ chaque. En comparaison, les générations précédentes de jeunes Canadiens avaient en moyenne un actif net d'environ 60 000 $ chacun - soit 35 % de moins, une fois l'inflation ajustée », peut-on lire dans le rapport.

Le rapport spécifie que le marché immobilier canadien, en plein essor, ne peut à lui seul expliquer cette hausse de la richesse, mais que les jeunes générations de Canadiens épargnent aussi davantage que leurs aînés.

On y apprend en outre que ces jeunes Canadiens sont plus à l'aise financièrement que ne le sont leurs homologues aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie, « où les jeunes générations ne sont plus systématiquement plus riches que leurs parents ».

Un rapport censuré

Marqué de la mention « secret », le rapport obtenu par CBC, largement caviardé, est daté du 15 septembre 2015. Ses conclusions soulèvent des questions sur l'ampleur des promesses faites par le gouvernement libéral de Justin Trudeau pour venir en aide aux jeunes Canadiens, alors que le premier ministre s'est lui-même réservé le portefeuille de la jeunesse.

L'étude est basée sur cinq rapports publics rédigés entre les années 1977 et 2012. Elle a été menée l'été dernier à l'initiative des chercheurs du ministère des Finances plutôt qu'à la demande du ministre Joe Oliver, qui a dû céder sa place quelques mois plus tard, après la défaite des conservateurs aux élections générales. Le rapport lui a été remis en plein milieu de la campagne électorale.

Autre conclusion étonnante du rapport : contrairement aux crises économiques précédentes, « la récession de 2008 ne semble pas avoir affecté beaucoup la richesse du patrimoine et le potentiel de revenus des jeunes Canadiens issus de la classe moyenne ». En dollars constants, ceux-ci bénéficieraient aussi de revenus plus élevés que les générations précédentes.

« Le patrimoine des jeunes Canadiens de cette génération a augmenté à un rythme plus élevé que leurs revenus dans les années 2000 », observent les chercheurs, ajoutant que les dettes d'étude, souvent perçues comme une épée de Damocles, ne jouent en fait qu'un « rôle mineur » dans la constitution de leur patrimoine.

Une moyenne tirée vers le haut par les plus riches

L'économiste David MacDonald, du Centre canadien de politiques alternatives, un groupe de réflexion de gauche, corrobore les résultats du ministère des Finances, mais remarque que la richesse accumulée par les Canadiens les plus riches fait grimper la moyenne et donne un aperçu illusoire de la situation actuelle des 28-34 ans.

« Comme toutes les autres tendances observées lorsqu'on compare les inégalités économiques, c'est le sommet de la pyramide qui tire à la hausse la valeur nette du patrimoine de ceux qui sont dans la vingtaine et la trentaine aujourd'hui. Cette hausse spectaculaire, remarquée à travers toutes les tranches d'âge depuis 1999, a été formidable pour les 10 % les plus riches, mais elle s'est traduite par un plus grand écart de richesse par rapport à la classe moyenne, par exemple », remarque-t-il.

Selon M. MaDonald, 10 % des Canadiens dans la vingtaine détiennent 70 % de la richesse de leur génération, tandis que les 70 % les plus pauvres se partagent un 1 % du total.

Le rapport de Finances Canada admet que la richesse n'est pas distribuée également parmi les jeunes, « avec des gains plus importants au sommet de la pyramide de distribution des revenus ». Les fonctionnaires du ministère n'ont toutefois pas voulu répondre aux questions de CBC, à savoir par exemple pourquoi le rapport n'avait pas été rendu public.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Chômage au Canada: classement par province