Insertech: informatique écolo et sociale (VIDÉO/PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

«Des va-et-vient aux études, des petits travaux à gauche à droite, j’étais instable», dit Andrès Centeno Cernas. Son grand frère lui parle alors d’Insertech, une entreprise d’insertion qui forme des jeunes adultes aux métiers de l’informatique. «Sur le moment, je ne voulais rien savoir», se souvient-il.

Finalement, l’idée fait son chemin. En 2015, il s’embarque dans le programme de six mois offert par l’entreprise en tant que commis en gestion des stocks. «Je voulais travailler sur moi-même», explique-t-il.

Il dit avoir appris à être autonome, à recevoir des directives sans broncher, et surtout avoir retrouvé confiance en lui-même. Aujourd’hui, il est retourné aux études et recherche activement un emploi. «Je ressors la tête haute du programme», assure Andrès.

Comme lui, environ 80 jeunes en difficulté face à l’emploi suivent chaque année un des programmes de formation payée d’Insertech à l’un des cinq métiers suivants : commis de bureau, à l’électronique, d’entrepôt, aux ventes et assembleur de matériel informatique. L’entreprise a reçu plus de 900 participants depuis sa fondation en 1998 et au moins 85% d’entre eux ont réussi à se trouver un emploi ou sont retournés aux études.

Close
Insertech: informatique écolo et sociale
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée


Ce succès, ils le doivent surtout à eux-mêmes. Car pour faire partie du programme, «le premier critère c’est la motivation», explique la directrice d’Insertech, Agnes Beaulieu. «Mais pas juste la motivation à apprendre un métier», fait-elle remarquer. Il faut être déterminé «à changer sa vie».

Bien sûr, il y a des moments difficiles. «La motivation n’est pas toujours là, souligne le technicien formateur François Boulais. Souvent il y a [des participants] qui ne sont plus au travail depuis longtemps. Il faut qu’ils reprennent des habitudes.» Pour faire face aux défis professionnels et personnels qu’ils peuvent rencontrer, un soutien psychosocial leur est offert pendant la durée du parcours et ils reçoivent un suivi pendant deux ans.

«C’est vraiment familial, même dans les moments difficiles on trouve le moyen de s’ouvrir», dit Andrès. Son seul regret? Trop court. «C’est juste six mois, j’aurais voulu que ce soit plus long!»

L’informatique écologique

«L’action environnementale d’Insertech est très importante», explique Agnes Beaulieu.

Chez Insertech, on ne fabrique rien de neuf. Tous les appareils électroniques sont réparés ou reconditionnés pour des clients ou pour être vendus. Ceux qui ne peuvent plus servir sont recyclés.

«Ça nous permet de prolonger la vie, de remettre sur le marché près de 10 000 appareils par année qui autrement se retrouveraient soit en site d’enfouissement, soit démantelés pour le métal», précise Mme Beaulieu.

L’entreprise offre aussi des cours d’informatique, notamment pour les aînés, qui lui permettent de compléter ses revenus et de financer le programme d’insertion. «On parle de revenus d’environ 3 millions de dollars par année», dit la directrice.

Un montant insuffisant pourtant si l’entreprise veut pouvoir élargir sont programme à un plus grand nombre de participants. «L’informatique est un domaine qui évolue très vite, nous devons constamment nous réajuster, c’est un domaine qui pose beaucoup de défis pour une entreprise d’insertion», fait valoir Mme Beaulieu.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter