Inde: un homme tué par une météorite?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Des scientifiques indiens enquêtent sur la mort dans le sud du pays d'un homme tué, selon les autorités locales, par la chute d'une météorite. Un décès qui, s'il était confirmé, serait le premier du genre jamais répertorié.

"La météorite est tombée sur un établissement d'enseignement privé (...) tuant un chauffeur de bus" qui se promenait, a déclaré dimanche dans un communiqué le chef de l'exécutif de l'État du Tamil Nadu, Jayalalithaa Jayaram.

Trois autres personnes ont été blessées samedi par la chute de cette supposée météorite, dont l'impact a creusé un grand cratère dans le sol et fait exploser les vitres d'un bâtiment voisin.

Les médias locaux ont diffusé des images d'une pierre bleutée qualifiée de "météorite" par les autorités, mais des scientifiques ont avancé d'autres explications. La pierre pèse 11 grammes, selon le site du Times of India.

Selon S. P. Rajaguru, professeur assistant à l'Institut indien d'astrophysique de Bengalore, la pierre pourrait effectivement être une météorite, mais des tests complémentaires devront être menés pour le confirmer.
Selon lui, l'objet en cause pourrait être un débris de fusée ou de navette spatiale.

Si l'hypothèse de la météorite se confirmait, ce serait le premier cas répertorié au monde d'un homme tué de cette manière, a-t-il affirmé.

"La majorité des météorites n'atteignent jamais la surface de la Terre, car elles sont désintégrées dans l'atmosphère", a-t-il expliqué à l'AFP par téléphone.

Une équipe d'experts de l'institut indien d'astrophysique était attendue lundi sur place, selon le site du Times of India.

Close
D'impressionantes chutes de météorites
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Sur le web

Inde: Une météorite tue une personne et en blesse trois autres dans le sud du pays

Tué par une météorite ? L'Inde s'interroge

Le premier homme qui aurait été tué par une météorite

Chute de météorites : un danger... tout relatif